31/03/2016 07h:50 CET | Actualisé 31/03/2016 07h:50 CET

France-Maroc: Des opportunités économiques à saisir

COOPÉRATION – Plus qu’un partenariat économique, le Maroc et la France entendent bien partager les opportunités qui s’offrent à eux dans le cadre de leur coopération mutuelle.

"Quelles opportunités à saisir dans le cadre des échanges économiques entre la France et le Maroc?", a interrogé la Chambre de commerce, d'industrie et de services (CCI) Souss-Massa lors d’une rencontre organisée à Agadir jeudi 24 mars à laquelle a pris part André Marcon, président des CCI France.

Une rencontre à l’issue de laquelle trois axes de coopération ont été sélectionnés, conformément aux discussions avec les acteurs économiques locaux, en attendant leur officialisation dans le cadre des accords de partenariat, écrit Les Inspirations éco.

Tourisme, développement durable et agroalimentaire

Le tourisme, à travers la gastronomie, s’affiche comme le premier levier de développement économique avec la Cité internationale de la gastronomie à Lyon – ville emblématique de la gastronomie française – et la CCI de la région Rhône-Alpes-Auvergne.

Le 21 mars dernier s’est tenue la 2e édition de l’opération "Goût de France". En tout, 32 établissements répartis entre Casablanca, Rabat, Marrakech, Tanger, Agadir, Essaouira, El Jadida et Mohammedia ont été conviés à l’événement, à l’issue d’une sélection opérée par un comité présidé par le grand chef cuisinier Alain Ducasse. Au menu, cuisine régionale, traditionnelle, moderne et produits du terroir français.

La filière touristique a récemment été marquée par la signature de plusieurs conventions entre les deux pays. Parmi elles, deux conventions pour la structuration et la commercialisation du produit touristique ont été scellées en octobre 2015 entre Atout France, l'Agence de développement touristique de la France – unique opérateur de l'État dans le secteur du tourisme – et l’Office national marocain du tourisme (ONMT) d’une part; la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) d’autre part.

Objectifs ciblés ? L’étude des moyens de commercialisation commune du produit touristique, la promotion de la destination marocaine auprès des Français et le développement des investissements touristiques au Maroc, entre autres. La seconde convention devrait quant à elle concrétiser la collaboration franco-marocaine en matière d'ingénierie de développement.

Dans la même veine, les énergies durables s’inscrivent elles aussi dans les axes de coopération identifiés par André Marcon en tant qu’opportunités économiques. Comment? En valorisant le tri industriel et en augmentant les capacités de production des stations de conditionnement de la région Souss-Massa.

Le vivier d’investissement que représente le segment des énergies vertes pour la France et le Maroc a dernièrement reçu un coup d’accélérateur. Le 10 mars dernier, Casablanca a accueilli la 6e édition du forum économique Maroc-France, organisé par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et le Mouvement des entreprises de France (Medef).

Ainsi, une nouvelle convention de partenariat entre la commission énergique climat et économie verte de la CGEM et la Task-force ville durable du Medef international a été signée, d’après Yabiladi, dans la perspective de la COP22 qui se déroulera à Marrakech du 7 au 18 novembre prochain.

BLOCKQUOTE/ A l’occasion de la 6e édition du forum économique Maroc-France, Pierre Gattaz, président du Medef, Xavier Beulin, président du Groupe Avril et Jean-Paul Herteman, président du conseil d’administration du Center for naval analysis (CNA) – tous deux présidents du Club de chefs d’entreprise France-Maroc de Medef International – se sont rendus au Maroc les 10 et 11 mars pour rencontrer une délégation de chefs d’entreprise marocains.

"Au programme des discussions, l’énergie, le développement durable et les nouveaux métiers mondiaux au Maroc, en prévision de la COP22."

Toujours sur le front des énergies renouvelables, André Marcon a également proposé un partenariat avec la CCI de Nantes, engagé auprès de l’agroalimentaire. Un volet qui, côté marocain, se taillait entre 2007 et 2013 23% des exportations à destination de la France, selon un rapport de la direction des études et des prévisions financières (DEPF) du Maroc, publié en août 2014 et relayé par l’Usine nouvelle. Au total, les exportations marocaines de produits agricoles frais et transformés se chiffraient à 19.5 milliards de dirhams (soit 1.7 milliard d’euros) en 2013.

La France, elle, demeure le premier importateur des produits agroalimentaires marocains entre 2007 et 2013. En moyenne, 22.7% de la production agroalimentaire transformée et 38.7% des produits agricoles frais ont été absorbés par le marché français. Devançant la Russie (14.6%) et l’Espagne (13.1%), l’Hexagone se taille 38.9% des exportations marocaines, arrivant ainsi en pole position.