ALGÉRIE
30/03/2016 04h:02 CET | Actualisé 30/03/2016 04h:07 CET

Al-Assad accuse Paris, Ankara, Riyad et Londres de "miser sur une défaite de l'armée syrienne"(Sputnik)

Une délégation parlementaire française reçue par Bachar al-Assad à Damas, le 27 mars.
Sana Sana / Reuters
Une délégation parlementaire française reçue par Bachar al-Assad à Damas, le 27 mars.

Les victoires militaires de l'armée syrienne sont-elles de nature à entraîner un durcissement de l'attitude de Damas aux négociations de Genève alors que le conflit syrien est entré dans sa sixième année ?

Non, répond le président Bachar al-Assad, dans un entretien à l'agence de presse Sputnik dans lequel il accuse la France, la Grande Bretagne, la Turquie et l'Arabie saoudite de "miser" sur une défaite des forces armées syriennes.

"L'Arabie saoudite, la Turquie, la France et le Royaume-Uni misent sur notre défaite sur le champ de bataille pour nous imposer leurs règles du jeu lors des négociations (de Genève, a indiqué M.Assad. Or, les victoires enregistrées en Syrie ont un impact sur leurs projets" a-t-il déclaré au DG de l'agence Sputnik, Dmitri Kisselev.

Les pays occidentaux, ainsi que note l'agence AFP, ont réagi "avec réserve" à l'important développement militaire que constitue la reprise de Palmyre par les troupes gouvernementales syriennes soutenues par la Russie.

LIRE AUSSI : Syrie : Les forces loyalistes gagnent du terrain après la reconquête de Palmyre

Le président syrien affirme que les victoires militaires obtenues ne vont pas affecter sa position dans la recherche d'une solution politique à la crise.

"Nous sommes allés à Genève et continuons à faire preuve de flexibilité. Ces actions militaires et succès ne feront qu'accélérer le règlement politique" a-t-il indiqué en assurant qu’au cours des cinq dernières années, Damas a "répondu à toutes les initiatives sans exception, provenant de toutes les parties et même hostiles".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.