MAROC
28/03/2016 13h:55 CET | Actualisé 28/03/2016 14h:42 CET

Le réalisateur du Roi Lion se confie sur son interprétation du Prophète de Khalil Gibran (INTERVIEW)

HuffPost Maroc

CINÉMA - C'est un exercice ardu auquel s'est livré le réalisateur et scénariste américain de films d'animation Roger Allers. De son propre aveu, "adapter Gibran en film et trouver une structure narrative adaptée n'a pas été chose aisée", a-t-il confié au HuffPost Maroc.

Réalisateur de plusieurs films d'animation cultes qui ont traversé les générations, comme "Le Roi Lion", scénariste de "Aladdin", "La belle et la bête" ou encore "La petite sirène", Roger Allers a intégré les studios Disney en 1985, et ne les quittera que 20 ans plus tard, en 2005, pour rejoindre Sony Pictures.

Présent au Maroc pour le Festival international du cinéma d'animation de Meknès (FICAM), qui se tient du 25 au 30 mars, le réalisateur et scénariste a ouvert le festival, le 25 mars 2016 à l'institut français de la ville impériale, avec une projection de son film "Le Prophète", basé sur le livre éponyme de l'écrivain Gibran Khalil Gibran. Produit par Salma Hayek, qui prête également sa voix à Kamila, l'une des personnages principales, le film d'animation regroupe plusieurs réalisateurs sous la houlette de Roger Allers.

9 ans et demi pour venir à bout du projet

Celui qui considère les personnages des dessins animés comme ses "enfants: vous les mettez au monde, puis vous les lâchez dans la nature, et ils font leur vie à l'écran", a mis 9 ans et demi pour venir à bout de l'interprétation du chef d'oeuvre de Khalil Gibran. "Il a fallu sept ans pour que mon équipe obtienne les droits de la part de la fondation de Gibran Khalil Gibran, au Liban. Plus un an pour trouver des sources de financement, et une année et demi pour finaliser le film", a-t-il indiqué au HuffPost Maroc.

Comment ce projet a-t-il pu germer? "Durant mes études à l'université, j'ai lu le livre "Le Prophète", qui m'a profondément marqué. J'ai décidé de l'adapter au version animée, et j'ai écrit le scénario". Tout ne s'arrête pas là, car il fallait aussi "créer une cohésion entre les poèmes de l'écrivain. "J'ai trouvé des personnes qui ont été inspirées par le livre, tout comme moi. Mon objectif, c'était de les unifier autour d'un seul projet. Beaucoup d'artistes internationaux ont collaboré avec moi, et de fil en aiguille a fleuri l'idée du film", nous confie Roger Allers.

LIRE AUSSI: