MAROC
28/03/2016 08h:03 CET | Actualisé 28/03/2016 08h:03 CET

La RAM porte plainte après la diffusion d'une émission sur France 3

RAM/Facebook

AVIATION - Le dernier épisode de l'émission Pièce à conviction récemment diffusé sur France 3, et qui affirmait que la Royal Air Maroc (RAM) permet à des co-pilotes inexpérimentés de faire voler des avions de la compagnie n'a pas laissé cette dernière indifférente.

Dans un communiqué diffusé ce lundi 28 mars, la compagnie aérienne indique que "les propos de la responsable d’un cabinet lituanien citée dans le reportage et selon lesquels la compagnie nationale recourt à la formation des pilotes étrangers sans 'exiger des évaluations préalables des candidats', sont mensongers. D’autant plus, que Royal Air Maroc n’a jamais collaboré avec ledit cabinet. Aussi, et en regrettant que les réalisateurs du reportage se soient appuyés sur un faux témoignage pour avancer des conclusions erronées, la compagnie a saisi les autorités judiciaires compétentes eu regard au préjudice subi."

Tout en soulignant que "Royal Air Maroc ne fait aucun compromis sur la sécurité de ses passagers et reste très vigilante sur les process de sélection de formation et de suivi de ses pilotes", la compagnie ajoute que "la formation des pilotes étrangers par Royal Air Maroc n’a aucune vocation commerciale. Elle s’inscrit dans la dynamique de mettre à profit son expertise et ses infrastructures de premier plan de la compagnie au service d’une formation qualifiante."

L'enquête diffusée sur France 3 avançait qu'une formation de 500 heures chez la compagnie aérienne marocaine coûte environ 62.500 euros (soit 682.212 dirhams). Une pratique néanmoins légale au royaume, mais qui soulève une vive polémique chez l'Association des professionnels de la navigation aérienne en France, laquelle dénonce une pratique qui met en danger la vie des passagers en raison de l'inexpérience des apprentis pilotes. Contactée par la chaîne, la RAM n'avait pas souhaité s'exprimer sur cette information. Sur les réseaux sociaux, la compagnie nationale s'est retrouvée au centre d'un bad buzz.

LIRE AUSSI:

La RAM porte plainte après la diffusion d'une émission sur France 3