ALGÉRIE
23/03/2016 14h:00 CET | Actualisé 23/03/2016 14h:31 CET

5000 soldats de plus déployés autour des sites gaziers dans le sud de l'Algérie

Facebook Secret Difa3

Le conseil ministériel restreint présidé par le président Abdelaziz Bouteflika qui s'est réuni dimanche 20 mars 2016, deux jours après une attaque à la roquette qui a visé, vendredi 18 mars, le site gazier de Khrechba exploité conjointement Sonatrach, le britannique BP et le norvégien Statoil, a décidé d'une série de mesures pour sécuriser davantage les sites gaziers et pétroliers.

Une source "sécuritaire" citée par le journal El Khabar fait état de trois mesures phares prises au cours de cette réunion spéciale: le renforcement des mesures de contrôle des frontières avec la Libye, le Mali et le Niger, le déploiement de troupes supplémentaires et une participation plus large des forces aériennes dans les opérations antiterroristes.

L'attaque au mortier contre le site gazier de Khrechba près de la région d'In Salah (1.300 km au sud d'Alger) n'a pas fait de victimes mais elle a eu pour effet d'amener les deux partenaires de Sonatrach à retirer leurs personnels.

Une réaction marquée par le souvenir de l'attaque terroriste de janvier 2013 contre la base gazière de Tiguentourine, dans la wilaya d'In Amenas, non loin de la frontière libyenne.

Signal inquiétant, le site d'In Salah est éloigné de la frontière avec la Libye (plus de 400 km). Ce qui explique la décision de déployer en urgence 5000 soldats supplémentaires autour des sites gaziers dans le sud du pays. Le déploiement a commencé mardi matin "afin de rassurer les compagnies étrangères" indique la source citée par El Khabar.

Des unités de combats positionnées dans le nord du pays " ont commencé à se déployer avec leurs équipements autour des bases gazières". Les commandants des régions militaires du nord appliquent déjà les mesures décidées. "Des dizaines de camions militaires ont été vus en route vers le sud" et les bases aériennes militaires du sud "travaillent à plein rendement" ajoute le journal.

LIRE AUSSI :

Depuis l'attaque de Ben Guerdane, le pouvoir algérien a réévalué à la hausse les risques sécuritaires

L'Algérie face au Mali et la Libye: 2358 kilomètres d'inquiétudes

Le contrôles des frontières avec la Libye et le Mali ont été renforcés. Officiellement, ces frontières sont déjà fermées "mais elles étaient ouvertes de temps à autre pour des cas humanitaires ou pour faciliter la vie des populations frontalières".

Le président de la République indiqué El Khabar a demandé une "enquête approfondie" sur l'attaque de Khrechba en ne négligeant aucune piste y compris celles qui "évoquent une conspiration pour porter atteinte à l'économie nationale".

LIRE AUSSI : Site gazier de Krechba: le personnel de Sonatrach continue à assurer la production et l'exploitation

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.