TUNISIE
21/03/2016 08h:52 CET | Actualisé 21/03/2016 09h:35 CET

Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale: Le racisme envers les Noirs perdure en Tunisie

Auf dem Markt von Houmt Souk auf Djerba - skeptisch?
gbauer211/Flickr
Auf dem Markt von Houmt Souk auf Djerba - skeptisch?

RACISME - Le 21 mars est la journée internationale pour l'élimination des discriminations raciales. Voici l'occasion pour le HuffPost Tunisie de faire un récapitulatif des affaires de racisme envers les Noirs en Tunisie qui ont marqué cette année, que ce soit à l'égard des Tunisiens ou des étrangers.

Agression raciste d'un étudiant congolais en Tunisie

Le 1er novembre 2015, dans la ville de l'Aouina (banlieue de Tunis), l'étudiant congolais Lionel Omgba a été victime d'une agression sauvage.

Des photos de la victime après l'agression ont largement circulé sur les réseaux sociaux. Ce grave incident a ainsi eu un écho important, contrairement aux nombreux cas recensés chaque année mais peu médiatisés.

racisme

D'après une publication de l'Association des étudiants et stagiaires camerounais en Tunisie (AESCT), ce jeune homme rentrait chez lui quand il a été attaqué par quatre individus qui l'ont violemment frappé. Tuméfié au visage et souffrant de nombreuses commotions, les premiers soins lui ont vite été administrés.

L'association a par ailleurs partagé un message de prévention aux étudiants africains en Tunisie et surtout à ceux vivant à l'Aouina, où il leur est demandé de ne pas marcher seuls la nuit, de ne pas emprunter des rues peu fréquentées, et d'éviter les attroupements.

Quatre jours après cette agression, le ministère de l'Enseignement supérieur a dénoncé dans un communiqué une "agression sauvage", avait alors rapporté l'agence TAP.

Une institutrice accusée de racisme envers une de ses élèves

L'institutrice en question aurait accusé l'élève d’être à l'origine d'une mauvaise odeur dans la classe. Elle lui aurait demandé d'enlever ses chaussures puis son collant. La fille souffrirait depuis d'une dépression, selon son docteur, Msadak Jabloul.

Interpellé, le ministre de l'Education nationale, Néji Jalloul, a démenti cette version des faits, arguant qu'une enquête a été menée et dont les résultats innocentent l'institutrice.

Afin de défendre l'élève concernée, l'association M'nemty a organisé un sit-in le 19 décembre devant le ministère de l'Education nationale appelant le ministre à ouvrir une nouvelle enquête, sinon "on déposera plainte contre l'institutrice", avait assuré Saadia Mosbah, présidente de l'association "M'nemty" au HuffPost Tunisie.

Soumaya Boussaïd, deux médailles d'or aux Jeux paralympiques et aucun financement pour Rio 2016, discriminée parce que noire

Soumaya Boussaïd, 35 ans, malvoyante, est athlète. Elle est souvent montée sur le podium lors de ses participations aux Jeux paralympiques, obtenant deux médailles d'or aux Jeux de Pékin en 2008, pour les 800 et 1500 mètres et se classant deuxième aux Jeux de Londres 2012 pour l'épreuve du 400 mètres.

Malgré toutes ces performances, elle peine à trouver un financement pour son entraînement aux prochains jeux qui auront lieu à Rio en 2016.

La sportive, originaire de Djerba, a raconté au HuffPost Tunisie ses difficultés, dues entre autres, à sa couleur de peau:

"On peut détruire ta carrière parce que tu es noir! J'ai connu énormément de très bons sportifs noirs qui pouvaient faire des prouesses au niveau olympique mais ils ont vu les portes se refermer", déplore-t-elle.

Safi Saïd parlant "des nègres" sur la chaîne El Hiwar Ettounsi

Tout commence par un débat le 18 février au soir sur la chaîne El Hiwar Ettounsi à propos d'une saisie d'armes dans le port de Radès annoncée par la douane. Rien a priori ne laissait présager un dérapage raciste. Pourtant Safi Saïd, invité à débattre sur la question notamment aux côtés du juriste Jawher Ben Mbarek, a estimé que partout dans le monde, "l'appareil de la douane est très compliqué". Le journaliste et candidat à la présidentielle de 2014 a ensuite déroulé une analyse racialiste:

"La France ne place jamais de Français dans l'appareil de la douane (...) Ils (les douaniers) sont tous des nègres, parce que le nègre ne pardonne jamais", a dit Safi Said, faisant ainsi la différence entre la nationalité (française) et la couleur de la peau (noire). Plus tard, il lancera même un chiffre pour étayer son argumentation: "70% des douaniers en France sont des nègres!".



"Il y a un soupçon de racisme dans ces paroles (...) Cela veut dire quoi 'nègres'?", a alors insisté Jawher Ben Mbarek, membre de l'association Doustourna pour la défense de la liberté et des droits humains.

"Les nègres sont des citoyens", s'est défendu Safi Saïd. "Ne le considérez pas (le mot nègre) à travers les droits de l'Homme", a-t-il ajouté, avant de décrire la lutte pour les droits de l'Homme comme "un nouvel impérialisme" et de fustiger "les malades des droits de l'Homme".

LIRE AUSSI: Vidéo buzz: Le poème d'un invité dans un débat sur Hannibal TV émeut la toile

Ces affaires ne rendent pas suffisamment compte du racisme anti-Noirs sévissant en Tunisie. D'autres cas sont occultés car non médiatisés.

En effet, dans un rapport de l'Organisation internationale des migrations (OIM), une instance onusienne, sur la traite des personnes, 57 cas de victimes de traite en Tunisie ont été recensés depuis 2012, a indiqué sa chef de mission, Lorena Lando. Il s'agit en majorité de femmes, originaires d'Afrique subsaharienne et notamment de Côte d'Ivoire, a-t-elle ajouté.

Selon elle, 48 ont fait l'objet de "servitude domestique". Dans deux cas, il s'agissait "d'exploitation sexuelle". Cinq avaient moins de 18 ans.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.