18/03/2016 12h:04 CET | Actualisé 18/03/2016 12h:04 CET

Crans Montana 2016: "Le développement de l'Afrique passera par la coopération et non par l'isolement"

Vaclav Klaus, Ancien président de la République tchèque (Dakhla, 18 mars 2016)
DR
Vaclav Klaus, Ancien président de la République tchèque (Dakhla, 18 mars 2016)

ÉCONOMIE - Face aux défis économiques et sociétaux auxquels l’Afrique doit faire face, les États du continent doivent mieux coopérer. C’est l’une des thématiques principales abordées lors du deuxième forum Crans Montana, vendredi 18 mars à Dakhla.

Pour Vaclav Klaus, ancien président de la République tchèque, "le continent a besoin d’un changement systémique". Il a pris pour illustrer ses propos l’exemple de son pays lorsqu’il est sorti du communisme: "nous voulions trouver notre propre voie, mais cela n’était pas dans l’intérêt de certains politiques ou des banques qui voulaient maximiser leurs profits", a-t-il expliqué au millier de participants du forum, rassemblés dans le palais des expositions de Dakhla.

"L’Afrique est aujourd’hui dans une situation assez similaire. La transformation ne doit pas être basée sur l’importation de modèles, le continent doit trouver son propre chemin", a-t-il ajouté.

Selon lui, il faut que l’Afrique réussisse à garder ses talents. "Il y a suffisamment d'Africains intelligents qui ont assez de connaissances pour faire bouger les choses. La norme, ce n’est pas de migrer mais de rester sur le continent."

Ainsi, l’Afrique doit trouver sa place dans le marché global afin de pouvoir se développer, selon l’ancien président tchèque. "Ma recommandation à l’Afrique serait de soutenir tous les accords de libre échange en éliminant tous les frais de douanes".

S’inspirer de la coopération qui opère en Amérique du sud

Pour le panel présent sur scène, le développement de l’Afrique passera par la coopération, et non par l’isolement: "Nous devons survivre ensemble. Si votre voisin est en crise, vous serez en crise. La coopération sud-sud est en baisse depuis 2011, ce n’est pas une solution durable. Il n’y a pas d’avenir dans l’isolement", a pour sa part estimé le révérend Jackson.

Selon le pasteur américain, l’agriculture sera le socle de la croissance africaine, et les gouvernements du continent devraient selon lui s’inspirer de la coopération qui opère dans ce secteur en Amérique du sud: "ces pays travaillent ensemble, que cela soit dans les transferts de technologies ou les échanges commerciaux. L’agriculture est le premier pourvoyeur d’emplois sur notre continent, les pays africains pourraient en prendre exemple".

LIRE AUSSI:Le forum Crans Montana 2016 s'ouvre à Dakhla

Galerie photo Ces Marocains à la conquête de l'Afrique Voyez les images