TUNISIE
17/03/2016 12h:38 CET | Actualisé 17/03/2016 16h:09 CET

Tunisie: Ahmed Laamari, député Ennahdha, dément son arrestation lors de l'attaque de Ben Guerdane

Ennahdha

BEN GUERDANE - Le 7 mars 2016, suite aux attaques terroristes de Ben Guerdane, plusieurs médias ont relayé l'information de l'arrestation du député d'Ennahdha Ahmed Laamari, qui selon ces mêmes sources était près d'une caserne et détenait un téléphone satellitaire "Thuraya", dont la détention est soumise à autorisation.

Depuis, les déclarations se contredisent et la polémique ne fait que prendre plus d'ampleur alors que le flou règne toujours sur la question de son arrestation.

"Ahmed Laamari est un député et il bénéficie de l'immunité parlementaire. Rien ne peut lui prendre cette immunité sauf l'Assemblée dont il est membre. Ces propos [mention de l'arrestation, NDLR] ne tiennent donc pas la route", a expliqué Ajmi Lourimi, porte-parole d'Ennahdha, sur les ondes de Mosaïque FM. Ce dernier n'a pas infirmé explicitement l'éventuelle arrestation d'Ahmed Laamari à Ben Guerdane, malgré l'insistance du journaliste.

"Il y a eu un malentendu. On a incarcéré Ahmed Laamari, le député, dans une caserne avec un autre groupe comme s'il était suspect", a affirmé le député d'Ennahdha Lakhdhar Belhouiche sur les ondes de Radio Tataouine.

Celui-ci a en outre précisé les circonstances de l'arrestation de son collègue, qui, ne pouvant s'approcher du lieu des affrontements, a changé son itinéraire et est passé près de la caserne: "Comme Ahmed Laamari ne pouvait pas y entrer (quartier des affrontements), il s'est approché de la caserne mais ce qui s'en suit sur la manière avec laquelle il a été traité concerne la justice."

"Il a porté plainte et il est allé voir le président de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) et le président du gouvernement dans le cadre de cette affaire", a précisé Lakhdhar Belhouichet.

Ahmed Laamari a démenti à son tour cette arrestation. "Cette information n'est pas véridique. Je suis un député et je bénéficie de l'immunité parlementaire donc on ne peut pas m'arrêter", a-t-il déclaré au Huffpost Tunisie.

Il a de plus publié un communiqué sur une page du parti Ennahdha dans lequel il dément son arrestation et annonce qu'il engagera des poursuites judiciaires à l'encontre de tous ceux qui ont relayé l'information.

Que dit le droit?

L'article 69 de la Constitution dispose clairement que les députés de l'ARP bénéficient de l'immunité parlementaire.

Article 69, alinéa 1: Si un député se prévaut par écrit de son immunité pénale, il ne peut être ni poursuivi, ni arrêté durant son mandat, dans le cadre d’une accusation pénale, tant que son immunité n’a pas été levée.

Toutefois la possibilité d'arrêter un député en cas de flagrant délit existe, mais sa détention dépend de la décision du bureau de l'Assemblée.

Article 69, alinéa 2: Toutefois, en cas de flagrant délit, il peut être procédé à son arrestation, le Président de l’Assemblée est informé sans délai et il est mis fin à la détention si le bureau de l’Assemblée le requiert.

Interrogé sur l'arrestation du député et sur l'application de l'article 69 de la Constitution, le ministère de l'Intérieur n'a pas souhaité répondre.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.