MAROC
15/03/2016 06h:23 CET | Actualisé 15/03/2016 06h:45 CET

Répression d'un sit-in des enseignants stagiaires à Kénitra, Benkirane promet qu'il n'y aura pas d'année blanche

Enseignants stagiaires: Répression d'un sit-in à Kénitra. Benkirane promet qu'il n'y aura pas d'année blanche
Facebook
Enseignants stagiaires: Répression d'un sit-in à Kénitra. Benkirane promet qu'il n'y aura pas d'année blanche

ÉDUCATION - Pas d'année blanche pour les enseignants stagiaires. C'est ce qu'a affirmé le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane au quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum, alors qu'au même moment, un sit-in des enseignants à Kénitra était violemment dispersé.

La déclaration de Benkirane, parue dans l'édition du mardi 15 mars du journal, met fin à des semaines de spéculation sur la décision qui sera prise par le gouvernement. L'exécutif menaçait, il y a quelques semaines, de décréter une année blanche si les enseignants stagiaires ne regagnaient pas leurs classes. Pour le Chef du gouvernement, "il n'est pas trop tard pour que les enseignants stagiaires reprennent les cours", et une année blanche "aura des conséquences négatives sur leur formation, et les privera d'emploi."

Abdelilah Benkirane a, néanmoins, tenu à souligner qu'aucune nouvelle offre ne sera proposée aux enseignants stagiaires, et que "le gouvernement ne compte pas reprendre le dialogue avec les enseignants stagiaires", en raison du fait que "l'offre du gouvernement leur a déjà été communiquée par le wali de Rabat."

Répression d'un sit-in à Kénitra

Au moment où l'édition du mardi 15 mars d'Akhbar Al Yaoum était mise sous presse, un sit-in des enseignants stagiaires à Kénitra a été violemment dispersé par les forces de l'ordre. Ce qui risque de compromettre l'avancement du dossier. Car s'il est attendu que l'annonce faite par Benkirane soit discutée par les enseignants stagiaires, qui entameront des consultations auprès de leurs bases pour décider de la réponse à y donner, un refus de revenir aux classes se profile d'ores et déjà.

Plusieurs membres du mouvement ont en effet affirmé au HuffPost Maroc qu'"au vu de la répression qui s'est abattue sur le sit-in à Kénitra, il est peu envisageable que nous acceptions de donner suite à l'appel" du Chef du gouvernement.

Il est à noter que le gouvernement a proposé de recruter les 10.000 enseignants stagiaires qui manifestent contre les décrets du ministère de l'Éducation en deux vagues. 8.500 enseignants seront recrutés en septembre 2016, et 1.500 en janvier 2017. Les enseignants stagiaires ont rejeté cette offre, et revendiquent un recrutement en une seule vague, ainsi que l'annulation des deux décrets déposés début octobre par le ministère de l'Education, qui suspendent l'emploi direct des enseignants stagiaires dans l'enseignement public après leur passage au CRMEF, et réduisent de moitié leur bourse, qui passe de 2.450 dirhams à 1.200 dirhams.

LIRE AUSSI:

Galerie photo Les enseignants stagiaires manifestent à Rabat (24 janvier 2015) Voyez les images