MAROC
11/03/2016 07h:59 CET | Actualisé 11/03/2016 08h:04 CET

Regardez le plus gros paquebot du monde prendre son premier bain (VIDÉO)

ÉCONOMIE - Avec trois coups de corne de brume, le plus gros paquebot du monde, l'Harmony of the seas, a pris le large jeudi pour ses premiers essais en mer, quittant son berceau de Saint-Nazaire en France devant des milliers de curieux venus immortaliser l'événement.

Profitant de l'absence de vent et d'une mer très calme, le commandant de bord est parvenu à achever en moins d'une demi-heure la délicate manoeuvre consistant à faire entièrement pivoter le navire pour le mettre dans l'axe de sa sortie du port, que l'on peut observer dans la vidéo ci-dessus.

Une flottille de petits bateaux, paraissant minuscules à côté du géant, ont accompagné le paquebot flambant neuf dans sa lente descente de l'estuaire de la Loire, face au soleil couchant. Quatre remorqueurs, qui étaient attachés au paquebot, prêts à intervenir, n'ont pas eu à entrer en action et l'Harmony of the seas s'est déplacé à la force de ses seuls moteurs, sous le regard de milliers de badauds.

362 mètres de long pour 6.000 passagers

En construction aux chantiers navals STX France, le géant des mers effectue sa première campagne d’essais en mer jusqu'à dimanche. Ce gros bébé de 120.000 tonnes, 16 ponts, 362 mètres de long et 66 mètres de large pour 227.500 tonneaux de jauge brute sera officiellement remis le 12 mai à son propriétaire, l'armateur américain Royal Carribean. Il est conçu pour transporter plus de 6.000 passagers et plus de 2.000 membres d'équipage.

.

Depuis quelques mois déjà, l'Harmony of the seas est l'attraction de Saint-Nazaire. Il est d'ailleurs impossible de manquer ce géant de 70 mètres de hauteur... plus haut que tous les immeubles de la ville.

Manoeuvres délicates par vent fort

Ils sont 500 à bord pour cette première virée au large, essentiellement des membres d’équipage de conduite, des équipes d'essais de STX France et de ses fournisseurs ou encore de l’équipe de supervision du client. Trois pilotes , qui se sont entraînés depuis un an sur un simulateur afin d'envisager tous les scénarios possibles, ont aidé à la manœuvre dans l'estuaire.

Ils étaient à la passerelle pour aider le commandant à diriger ce navire, dont la largeur à ce niveau avoisine 62,50 mètres, une largeur supérieure à la ligne de flottaison, créant un angle mort de cinq mètres. Les pilotes de la Loire devaient quitter le navire quand il se trouvera à 20 km au large.

Les trois jours d'essais sont destinés "principalement aux réglages de l'usine de production électrique et de la propulsion ainsi qu'aux essais de manœuvrabilité du navire", selon STX France. L'une des particularités du bâtiment est sa surface de prise au vent, équivalente à celle de deux terrains de football, et qui rend délicates les manoeuvres par vent fort.

LIRE AUSSI:Le bateau porté disparu à Dakhla a finalement été localisé...

Galerie photo Ces nouveaux projets qui vont changer la façade maritime de Casablanca Voyez les images