11/03/2016 07h:47 CET | Actualisé 14/03/2016 07h:16 CET

Organisation de la COP22: La guerre de l'évènementiel aura lieu mardi prochain

Organisation de la COP22: La guerre de l'évènementiel aura lieu mardi prochain
DR
Organisation de la COP22: La guerre de l'évènementiel aura lieu mardi prochain

ÉVÉNEMENTIEL - Rumeurs, tentatives de déstabilisation, intox, bluffs, coups fourrés. Les différents protagonistes qui ont soumissionné au méga-appel d’offres pour l’organisation de la COP22 n’ont ménagé aucune peine pour tenter de l’emporter, à trois jours de l’ouverture des plis mardi prochain.

Leur objectif: décrocher le budget de près de 700 millions de dirhams pour l’aménagement et la gestion de l’espace de Bab El Ghli, où devra se dérouler le "main event" de la Conférence internationale du le climat en novembre prochain à Marrakech, accueillant les délégués et négociateurs du monde entier.

Entre les trois groupements composés de Richard Attias/Neîla Tazi, Adil Lazrak/Gl Events/Rahal, et Myriam Abikzer/Avant scène/Finatech/KS, ce sont plusieurs "nuits des longs couteaux" qui se sont déroulées au cours des derniers mois.

En parallèle, de subtils jeux d’alliances formelles et informelles se sont tissés, comme le reflète le dossier final soumis par chacun d’entre eux, révélant des lignes de front et des groupements parfois… exotiques.

Si personne, à ce stade, n’est en mesure de prédire qui va l’emporter mardi prochain, il est à peu près certain qu’au vu de l’énorme implication de chacun et des multiples rebondissements qu’a connu le dossier, les perdants de l’appel d’offres l’auront mauvaise et la formidable bataille de coulisses laissera des traces. Revue de détail de chaque dossier et des écosystèmes des soumissionnaires.

Richard Attias et Neïla Tazi: Plus on est de fous…

C’est la seconde fois que le tandem Richad Attias et Neïla Tazi entre en lice pour l’organisation d’un grand événement à Marrakech. Il y a deux ans, ils avaient co-organisé le Global Entrepreneurship Summit (GES), sur ce même site de Bab El Ghli. Pour la COP22, le couple professionnel est celui qui est parti le plus tôt, entamant un lobbying intense dès la COP21 de Paris auprès des différents acteurs.

La presse nationale donne même Richard Attias comme organisateur de la COP22 à partir de décembre 2015, alors même qu’aucun appel d’offres n’était encore lancé, ni un comité de pilotage désigné.

Il faut dire que l’homme d'affaires a des arguments à faire valoir en termes d’expérience d’organisation de grands évènements (Davos, GATT, NY Forum). Toutefois, pour le dossier de la COP22, le tandem Attias-Tazi a voulu mettre toutes les chances de son côté en s’adjoignant des entreprises proches de lui telles Maroc Telecom, Derichebourg, le cabinet de conseil Valyans, et le spécialiste de la sécurité Al Omra Group.

L’objectif qui transparait à travers ce groupement qui pourrait paraître de prime abord hétéroclite est clair: la combinaison du carnet d’adresses des dirigeants de ces entreprises permet à ce dossier de couvrir l’ensemble du spectre politique et économique national.

Adil Lazrak, GL Events et Rahal: Tradition et modernité

En s’alliant avec le traiteur Rahal, GL Events, et le français Agence Publics qui a travaillé sur la COP21, le patron de Capital Events, Adil Lazrak – qui entretient par ailleurs une rivalité structurelle avec Neïla Tazi - a voulu lui aussi "bétonner" son dossier à l’attention du comité d’adjudication en combinant grands noms locaux et expérience internationale.

Si Lazrak a également quelques arguments à faire valoir en matière d’organisation de grands évènements au Maroc – moins qu’Attias- il compte sur les références de GL Events, une multinationale de l’évènementiel qui a organisé les éditions précédentes, ainsi que sur son réseau propre et celui de Rahal, pour tenter d’emporter la décision mardi prochain.

Son atout réside aussi dans la connaissance intime du dossier d’organisation par Agences Publics, qui a réalisé les études préliminaires de la COP22 pour la ministre de l’Environnement Hakima El Haité.

Myriam Abikzer-Finatech-KS, dossier GLO-CAL

Alors que les médias donnaient le groupe Bolloré comme co-soumissionnaire avec la patronne de l’agence Avant Scène, Myriam Abikzer, le dossier de cette dernière n’a finalement pas inclus l’homme d’affaires breton, mis sous pression par Greenpeace sur le dossier de l’huile de palme.

Cela n’a pas empêché Abikzer de présenter un dossier à forte consonance locale, en s’alliant avec le spécialiste des lumières KS et la filiale de Finance.com, Finatech, spécialisée dans les solutions et infrastructures durables.

Si la femme d’affaires a de grandes références nationales (inauguration de la station Noor I, salon de l’agriculture), l’argument de ce groupement semble principalement résider dans sa dimension nationale, qui pourrait séduire une partie des membres du jury d’adjudication, que l’on sait sensible à la participation active des entreprises marocaines dans l’organisation de la COP22.

LIRE AUSSI:

Galerie photo La planète se réchauffe? Voici ce qui nous attend Voyez les images