ALGÉRIE
10/03/2016 06h:29 CET | Actualisé 10/03/2016 07h:21 CET

Sahara occidental: Ban Ki-Moon rejette les critiques du Maroc après sa visite

AFP

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a rejeté mercredi les critiques du Maroc après sur son déplacement dans la région pour relancer les pourparlers entre Rabat et le Front Polisario sur le Sahara occidental, affirmant que cet objectif demeurait une de ses priorités.

M. Ban s'est rendu la semaine dernière en Mauritanie et dans un camp de réfugiés sahraouis en Algérie dans l'espoir de faire bouger les lignes sur ce conflit qui dure depuis quatre décennies.

A l'issue du déplacement, au cours duquel M. Ban ne s'est pas rendu à Rabat, le gouvernement marocain a relevé mardi "avec une grande stupéfaction les dérapages verbaux, les faits accomplis et les gestes de complaisance injustifiés" du secrétaire général.

Le porte-parole de l'ONU Farhan Haq a réagi à ses propos affirmant que "le secrétaire général estime que lui et les Nations unies sont des partenaires neutres" sur ce dossier.

M. Ban "a fait tout ce qu'il pouvait pour résoudre la situation au Sahara occidental" qui "dure depuis un certain temps", a-t-il ajouté.

Le secrétaire général "voulait s'assurer que dans la dernière année de son mandat cette problématique figure vraiment à l'agenda international", a insisté M. Haq.

Après sa visite auprès de réfugiés sahraouis dans l'ouest de l'Algérie, M. Ban s'était déclaré "profondément attristé par cette tragédie humanitaire".

Au terme du déplacement dans la région, M. Ban a demandé à son émissaire pour le Sahara occidental de reprendre ses tournées afin de tenter de relancer les pourparlers entre Rabat et le Front Polisario.

Ban Ki-moon a également fait savoir que lui-même se rendrait dans le courant de l'année -qui est sa dernière en tant que secrétaire général- dans la capitale marocaine ainsi qu'à Laâyoune, principale localité du Sahara occidental où se trouve le quartier général de la mission de l'ONU (Minurso).

Le Sahara occidental est une ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc.

Rabat propose une large autonomie sous sa souveraineté pour ce vaste territoire peu peuplé mais riche en minéraux, tandis que le Polisario, soutenu par Alger, réclame un référendum d'autodétermination.

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit examiner le mois prochain le renouvellement du mandat de la Minurso, qui se trouve sur place depuis 1991 afin de veiller principalement au respect du cessez-le-feu entre le Maroc et le Polisario.

LIRE AUSSI: Lamamra et Ban soulignent l'impératif de parachever la décolonisation du Sahara occidental

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.