TUNISIE
10/03/2016 11h:00 CET | Actualisé 28/04/2016 08h:05 CET

Tunisie: Le ministre de l'Education, Néji Jalloul, applaudit un selfie macabre de soldats tunisiens à Ben Guerdane

Est-ce un "Top" ou un "Flop"?

Voilà la question posée mercredi 9 mars par Amine Gara, animateur de l'émission "Klem Ennes", au ministre tunisien de l'Education Néji Jalloul.

Le ministre devait réagir après avoir vu la photo de soldats tunisiens posant devant deux cadavres appartenant aux assaillants de Ben Guerdane.

"Top!", a lancé sans hésiter Néji Jalloul.

"Ce sont des meurtriers. Ce sont des gens qui ne respectent aucune loi (...) C'est une guerre. Ce n'est pas un jeu", a-t-il asséné, avant de promettre d'acheter un tee-shirt sur lequel a été imprimé ce selfie, en référence à une campagne de soutien aux soldats figurant sur cette photo.

La polémique autour de ce selfie a offert aux affrontements de Ben Guerdane un nouveau développement. Si quelques internautes ont dénoncé la contagion du style de communication de Daech dans l'armée nationale, nombreux sont ceux qui ont félicité les militaires, allant pour certains jusqu'à réaliser un T-shirt à partir du selfie, ou encore l'encadrer et l'arborer dans leur intérieur.

Néji Jalloul, décrié par les uns et soutenu par les autres

Le journaliste tunisien Jamel Arfaoui, interrogé par le HuffPost Tunisie, a déploré "un sujet qui n'aurait pas dû être évoqué dans une émission de divertissement".

"Le ministre n'aurait pas dû répondre à cette question. On ne peut envisager ce sujet complexe à travers une grille simpliste de 'top' et de 'flop', a-t-il précisé.

Jamel Arfaoui rappelle qu'en "2003, tout le monde avait dénoncé les photos de torture de l'armée américaine sur des accusés d'actes terroristes dans la prison d'Abou Ghraib. A présent on applaudit à la télé ce genre de photos. C'est de la schizofrénie!".

Contacté par le HuffPost Tunisie, Lotfi Amari, rédacteur en chef de l'émission Klem Ennes sur Al Hiwar Ettounsi, a affirmé que le ministre "était responsable de ses propos", niant que Klem Ennes soit une émission de "divertissement": "C'est une émission où des artistes, des politiques et des intellectuels viennent exprimer leurs avis".

Après cet entretien, aucun communiqué n'a été publié pour le moment par la HAICA, haute autorité des médias audiovisuels, une instance censée veiller notamment au respect des conventions et pactes internationaux relatifs aux droits de l’Homme et aux libertés publiques. Son président, Nouri Lajmi, est resté injoignable, ce jeudi.

LIRE AUSSI:La défense des droits de l'Homme, victime collatérale de l'assaut terroriste de Ben Guerdane?

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.