MAROC
08/03/2016 05h:47 CET | Actualisé 08/03/2016 05h:47 CET

Samira Laouni, un combat sans voile (Portrait)

Samira Laouni, un combat sans voile
DR
Samira Laouni, un combat sans voile

PORTRAIT – Sensibiliser les journalistes du Québec pour que l’islam ne soit plus sujet au sensationnalisme dans les médias. C’est le combat amorcé en janvier 2015 par Samira Laouni, femme politique québécoise d’origine marocaine.

Cette native de Casablanca rejoint les bancs de la Sorbonne, à Paris, et y obtient un doctorat en économie. Elle tente par la suite l’expérience Outre-Atlantique en s’installant à Montréal, principale métropole de la province québécoise, où elle vit depuis désormais quinze ans. Samira Laouni décrochera également un certificat d’études politiques à l’École nationale d'administration publique de la ville de Québec.

En 2008, c’est une autre expérience dont elle fait le pari: celle de la politique. Elle s’affiche sous les couleurs du Nouveau parti démocratique (NPD), devenant ainsi la première candidate voilée à se présenter à une élection au Québec.

Celle qui préside le COR (Communication, ouverture et rapprochement interculturel) au Parlement québécois sollicite ainsi le volet politique pour plaider en faveur d’une meilleure représentation des musulmans dans les médias d’information québécois. "Je crois que les médias doivent jouer leur rôle d'informateurs et de formateurs", confiait-t-elle à nos confrères du HuffPost Québec en janvier 2015.

Pour elle, le Québec doit se donner les moyens "d'influencer collectivement" les journalistes pour qu'ils diffusent une "information objective en évitant le sensationnalisme" aux sujet des musulmans.

En mars 2015, les propos polémique de l'ancien premier ministre du Canada Stephen Harper sur le niqab n'avaient pas manqué de faire réagir Samira Laouni.

LIRE AUSSI:

Galerie photo Les 25 langues les plus parlées à la maison par les immigrants au Canada (2013) Voyez les images