MAROC
07/03/2016 14h:15 CET | Actualisé 08/03/2016 05h:30 CET

Najat Anouar, une militante qui s'est dédiée à combattre la pédophilie

Touche pas à mon enfant/ Najat Anouar
DR
Touche pas à mon enfant/ Najat Anouar

SUCCESS STORY - Lever le voile sur le silence qui planait sur les agressions sexuelles commises sur les enfants, c'est le défi que s'est fixé la militante associative Najat Anouar en fondant l'association "Touche pas à mon enfant" en 2004.

Depuis, Najat Anouar s'est érigée en protectrice des enfants victimes d'abus sexuels et a tenu à persuader leurs familles de briser le silence et de poursuivre les criminels en justice.

L'un des dossiers marquants de l'association, qui avait attiré l'opinion publique en 2004, était celui de Abdelali El Hadi, jugé pour avoir tué neuf enfants après en avoir abusé à Taroudant. A l'époque, l'association a apporté son soutien aux familles des enfants victimes tout au long du procès et après le verdict du tribunal, qui a condamné le mis en cause à la peine capitale.

La militante a aussi cherché à convaincre les avocats à adhérer à sa cause, persuadant beaucoup d'entre eux à adhérer à l'action de l'association.

A l'instar des robes noires, de nombreuses personnalités marocaines se sont ralliées à la cause de Najat Anouar, dont l'acteur Abdelkader Moutaâ ou l'ancien joueur de la sélection marocaine de football Salaheddine Bassir.

La militante associative s'est aussi activée pour sensibiliser le grand public à ce phénomène. Ainsi, des stands pour présenter les actions de son association ont été dressés dans différents festivals et nombreuses manifestations artistiques et culturelles.

Najat Anouar a mis en place un numéro vert au service des victimes et de leurs familles. Des réclamations sont également reçues par courrier électronique et sur une page Facebook créée à cet effet.

Après une dizaine d'années de travail, l'ONG cherche à influencer, par des propositions et en concertation avec des spécialistes, le législateur marocain afin d'amender des lois et des clauses condamnant ceux qui commettent ce type d'abus, comme, à titre d'exemple, considérer ces méfaits comme des crimes et non pas de simples délits sans violence, car, selon l'association, il n'y a pas d'abus sexuels sans recours à la force.

La présidente de "Touche pas à mon enfant" vise aussi à donner une dimension internationale à ses objectifs et missions après avoir pris la défense de victimes étrangères. Elle a également suivi de près des affaires contre des étrangers examinées dans les tribunaux de leurs pays d'origine après des abus commis contre des mineurs marocains.

LIRE AUSSI: