MAROC
08/03/2016 09h:10 CET | Actualisé 08/03/2016 09h:11 CET

Au Maroc, les femmes encore trop peu représentées dans les conseils d'administration

De gauche à droite, Lamia El Bouanani, directrice exécutive de l'Institut marocain des administrateurs, Marc Lamy, directeur du centre Electronic Data Systems (EDS) à Rabat, Dounia Taarji, représentante du Club des femmes administratrices (CFA) Maroc et Sarah Cuttaree, chargée de gouvernance à la Société financière internationale (SFI).
DR
De gauche à droite, Lamia El Bouanani, directrice exécutive de l'Institut marocain des administrateurs, Marc Lamy, directeur du centre Electronic Data Systems (EDS) à Rabat, Dounia Taarji, représentante du Club des femmes administratrices (CFA) Maroc et Sarah Cuttaree, chargée de gouvernance à la Société financière internationale (SFI).

REPRÉSENTATIVITÉ - "Je suis la seule femme à présider une société cotée en bourse au Maroc. Ce n’est pas normal", a fustigé, d’emblée, Miriem Bensalah-Chaqroun, DG de la société Les Eaux Minérales d’Oulmès et présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) lors de la cérémonie "Ring the bell for gender equality", organisée ce mardi 8 mars à la Bourse de Casablanca à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

Un événement en marge duquel s’est tenue une conférence placée sous le thème "Femmes dans les conseils d’administration: effet de mode ou exigence de performance?", animée par Lamia El Bouanani, directrice exécutive de l'Institut marocain des administrateurs, Marc Lamy, directeur du centre Electronic Data Systems (EDS) à Rabat, Dounia Taarji, représentante du Club des femmes administratrices (CFA) Maroc et Sarah Cuttaree, chargée de gouvernance à la Société financière internationale (SFI).

Des rapports peu optimistes…

"A en croire l’ensemble des rapports que j’ai consultés, en particulier ceux de l’ONU, la représentativité des femmes au Maroc est encore mauvaise. Or, ce n’était pas le cas des générations passées. Contrairement à ce qu’on a tendance à croire, les femmes ne sont pas assez présentes dans l’administration", a encore déploré Miriem Bensalah-Chaqroun.

Car le poids des administratrices en 2015 pèse léger dans la balance des entreprises cotées marocaines: leur part est estimé à 9.5%, contre 34% en France, 26% au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, 21% en Allemagne et plus de 40% dans les pays scandinaves (Norvège, Suède et Finlande).

Un constat qui s’explique par "un machisme ancestral, héritage sociologique souvent renforcé par la religion", estime Marc Lamy, ainsi qu’"une approche peu structurée des demandeuses" et "des difficultés recensées pour accéder au vivier des femmes administratives", entre autres. Le directeur du centre Electronic Data Systems (EDS) pointe également "la difficulté des candidates à se valoriser". Un facteur qui agit comme "un cercle vicieux": les femmes étant peu nombreuses à occuper des postes de dirigeantes dans les conseils d’administration (CA), les candidates administratives se font par conséquent plus rares.

…malgré quelques efforts à relever

Si les cercles des CA expriment encore des réticences à élargir l’horizon aux candidates potentielles, il en va autrement pour la diplomatie et la politique. Le Maroc arrache en effet la première place des pays arabes et musulmans en matière de représentativité des femmes dans la diplomatie. Une percée enregistrée grâce, notamment, à la Constitution de juillet 2011, qui garantit les droits de la femme et assure sa présence dans la sphère publique.

Autre donnée qui vient prendre le contre-pied d’un poncif récurrent dans le monde politique; le niveau global d’éducation des élus est supérieur chez les femmes qu’auprès de leurs homologues masculins, selon une étude menée par un groupe de chercheurs de l’université Hassan II de Casablanca, relayée par Le Desk.

Ainsi, 67% d’entre elles ont un niveau d’étude "supérieur" contre 39% chez les hommes. De même, 25% des femmes à la tête de communes disposent d’un niveau d’étude "très moyen", contre 58% pour les hommes.

LIRE AUSSI:

Galerie photo 8 mars 2015: La marche en images Voyez les images