MAROC
06/03/2016 07h:47 CET | Actualisé 06/03/2016 07h:47 CET

"A mile in my shoes" de Said Khallaf rafle le Grand prix du Festival du film de Tanger

dr

CULTURE - "A mile in my shoes" du réalisateur Said Khallaf a raflé le Grand prix du 17e Festival national du film de Tanger qui a tiré son rideau samedi soir.

Le film, en lice avec 13 autres long-métrages dans le cadre de la compétition officielle, présente un drame social qui reflète la structure psychologique des enfants de la rue, leur souffrance et leur marginalisation de la société.

Le thriller psychologique raconte l'histoire d'un enfant qui a toujours vécu dans la misère et la souffrance avant de décider de se venger d'une société où la faiblesse de l'individu conduit à sa marginalisation.

Le jury de la catégorie de long-métrages, présidé par l'écrivain et critique Mohamed Noureddine Affaya, a décerné son prix spécial au documentaire "Raja Bent El Mellah" d'Abdelilah Eljaouhary, alors que le Prix de la réalisation a été remporté par Hicham Lasri pour son long-métrage "The Sea is Behind".

"A mile in my shoes" a également valu à ses deux protagonistes Rawia et Amine Ennaji respectivement les prix du 1er rôle féminin et masculin.

Le prix du 2e rôle masculin est revenu à Fehd Benshemsi pour son rôle dans le long-métrage "Des.. Espoirs" de Mohamed Ismail, alors que l'actrice Farah El Fassi s'est vu attribuer le prix du 2e rôle féminin pour son rôle dans "Petits bonheurs" du réalisateur Mohamed Chrif Tribak.

"La mélodie de la morphine" de Hicham Amal a, quant à lui, raflé le prix de la première œuvre, alors que "Petits bonheurs" a remporté le prix du scénario.

Le long-métrage "Larmes de satan" de Hicham El Jebbari a raflé les prix de l'image (Ali Reggab) et du don (Mohamed Timoumes), alors que les prix de la musique originale a été décerné à Mohamed Oussama pour le film "A mile in my shoes", alors que celui du montage est revenu à Hicham Amal pour "La mélodie de la morphine".

Le jury des long-métrages était composé de Fatima Loukili (journaliste et scénariste), Fatima Khair (comédienne et productrice), Farida Belyazid (réalisatrice), Driss Mrini (réalisateur), en plus de l'ingénieur de son tunisien Fouzi Tabite et de l'ancien secrétaire général du Centre cinématographique marocain (CCM) Mustapha Stitou.

Il a été procédé également, pour la première fois, à la remise du prix "Aracne", d'une valeur de 5.000 dollars, au documentaire "Raja Bent El Mellah" de Abdelilah Eljaouhary, décerné par le laboratoire cinématographique espagnol Aracne, dans le cadre des services après production.

Dans la catégorie des court-métrages, le Grand prix a été décerné à "L'homme au chien" de Kamal Lazraq, alors que "L'appel de Trung" de Hichame Regragui s'est vu décerner le Prix du jury, présidé par le réalisateur Abdessalam Kalai. "La signature" de Sanae El Mesbahi et Jamal Garando a remporté le Prix du scénario.

Le jury de la compétition des courts métrages était composé de la réalisatrice Leila Triki, du journaliste Ali Hassan, de l'écrivain Zoubeir Benbouchta et de l'écrivaine et scénariste Bahae Trabelsi.

Cette édition a été marquée également par l'organisation d'ateliers thématiques autour de la réalité et du futur des différentes séquences de la chaine cinématographique nationale, la présentation du bilan cinématographique 2015 et la projection de films dans des établissements scolaires, outre des hommages rendus à des figures du 7e art marocain.

LIRE AUSSI :