TUNISIE
03/03/2016 04h:22 CET | Actualisé 03/03/2016 06h:12 CET

Tunisie: 3 extrémistes condamnés à la peine de mort pour le meurtre d'un gendarme

Facebook

Trois jihadistes ont été condamnés à la peine capitale et des dizaines d'autres personnes à des peines de prison ferme pour le meurtre d'un gendarme en 2012 dans le centre de la Tunisie, a indiqué mercredi à l'AFP le porte-parole du parquet.

Au total, 75 condamnations ont été prononcées par le tribunal de première instance de Tunis dont près de la moitié (37) par contumace, a précisé Kamel Barbouch.

Parmi ces 37 accusés, trois ont été condamnés à mort pour "homicide volontaire et participation à un homicide volontaire", à la suite de l'assassinat en décembre 2012 du gendarme Anis Jlassi, dans la région de Kasserine, près de la frontière algérienne.

Parmi eux figure Khaled Chayeb dit Lokmane Abou Saker, chef de la phalange Okba Ibn Nafaa, une branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui est accusé par les autorités d'avoir dirigé l'attentat contre le musée du Bardo le 18 mars 2015 ayant fait 22 morts (21 touristes étrangers et un policier).

En juillet 2015, le ministère de l'Intérieur avait annoncé sa mort lors d'une opération des forces spéciales dans la région de Gafsa (sud).

Des peines de mort continuent d'être prononcées en Tunisie, sans qu'elles soient appliquées depuis le début des années 1990. La nouvelle loi antiterroriste, adoptée en juillet, a maintenu la peine capitale malgré les appels de plusieurs ONG nationales et internationales à son abolition.

La Tunisie est confrontée depuis 2011 à un essor de la mouvance jihadiste dont les attaques ont coûté la vie à des dizaines de policiers, de militaires et de touristes.

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué les trois attentats majeurs qui ont frappé le pays en 2015, dans lesquels sont morts 59 touristes étrangers, un policier et 12 agents de la garde présidentielle.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.