MAROC
01/03/2016 13h:17 CET | Actualisé 01/03/2016 13h:17 CET

La FGD demande la suppression des listes nationales des jeunes

La FGD demande la suppression des listes nationales des jeunes
DR
La FGD demande la suppression des listes nationales des jeunes

ÉLECTIONS - Les organisations de jeunesse des partis politiques composant la Fédération de la gauche démocratique (FGD) demandent la suppression de la liste nationale des jeunes.

À l'issue d'une réunion des bureaux nationaux des jeunesses de la FGD, tenue samedi 27 février, les chabibas ont décidé de demander la suppression des listes nationales des jeunes. Dans un communiqué diffusé suite à la rencontre, les chabibas de la FGD estiment que "le quota réservé aux jeunes est une forme de rente politique", mise en place "pour occulter les revendications légitimes soulevées par les jeunes du Mouvement du 20 février."

Les chabibas de la FGD prennent ainsi le contre-pied des autres organisations de jeunesses marocaines, qui ont initié plusieurs rencontres avec les chefs de partis marocains afin de recueillir leur point de vue sur la possibilité du maintien des listes nationales des jeunes et, éventuellement, les convaincre de défendre le maintien de ces listes durant les élections législatives prévues le 7 octobre 2016.

Une mesure de discrimination positive

Lundi 22 février, Abdelilah Benkirane a rencontré les secrétaires généraux des chabibas des partis afin de recueillir leurs avis sur les listes nationales des jeunes. Durant cette rencontre, le Chef du gouvernement a assuré que le maintien ou la suppression de ces listes dépendra de la volonté des partis politiques qui participent au dialogue pré-électoral. Ainsi, les secrétaires généraux des jeunesses ont, par la suite, rencontré plusieurs chefs de leurs partis politiques afin d'étudier plus en détail la question, et de soumettre une décision dans ce sens au Chef du gouvernement.

Les listes nationales consacrent aux jeunes 30 sièges à la Chambre des représentants aux jeunes, et 60 aux femmes. Ces "90 membres sont élus au titre d’une circonscription électorale nationale créée à l'échelle du territoire du royaume", selon l'article premier de la loi organique relative à la Chambre des représentants.

Les listes nationales ont été mises en place pour réserver des sièges aux femmes et aux jeunes, que les décideurs considèrent comme défavorisés par le vote. Si le Conseil constitutionnel estime que les mesures visant à opérer une discrimination positive à l'égard des jeunes et des femmes ne peuvent être que provisoires, et devront être retirées dès que les buts escomptés, à savoir la parité et la promotion des jeunes, seront atteints, quelques associations et partis politiques récusent l'utilité d'une telle démarche, et considèrent qu'elle devrait être abandonnée.

LIRE AUSSI:

Galerie photo De A à X : Un abécédaire électoral Voyez les images