MAROC
28/02/2016 08h:18 CET | Actualisé 28/02/2016 17h:58 CET

Ces jeunes créateurs du monde arabe qui se distinguent dans la haute couture

FASHION - Alors que les maisons de haute couture internationales, à l'image de Versace et Saint Laurent, ont décidé de se tourner vers l'Orient dans leurs dernières collections, de jeunes talents de la mode arabe ont choisi de s'ouvrir à l'international en optant pour des créations universelles qui parlent à la femme contemporaine d'aujourd'hui. C'est le cas du Libanais Krikor Jabotian, du Marocain Amine Bendriouich et de bien d'autres couturiers qui dessinent à coups de ciseaux audacieux la haute couture arabe du XXIème siècle. Portraits express.

Krikor Jabotian

krikor jabotian

Ce diplômé de l'Ecole supérieure des arts techniques de la mode de Beyrouth représente aujourd'hui l'un des talents les plus prometteurs du Liban. Après être passé par l'atelier d'Elie Saab, il fonde sa maison à 23 ans et marque ainsi la scène arabe de la mode en s'ouvrant à l'international. Pour Jabotian, la haute couture était une évidence. "Le prêt à porter est une histoire de compromis, de commercialisation. C'est une opération séduction pour attirer la masse, alors que la haute couture est un processus plus personnel avec la cliente", explique-t-il au HuffPost Maroc. Son tissu de prédilection? "La tulle", répond le jeune couturier qui dit aussi utiliser des matériaux "rigides, plus structurés", ainsi que des "tissus fluides" afin d'explorer plusieurs thèmes et types de robes.

Galerie photo Krikor Jabotian Voyez les images

Al-Fazairy

al fazairy

Pour ce créateur égyptien, la haute couture est un jardin printanier. Le thème floral est récurrent dans sa création où les robes conjuguent sensualité et élégance. En témoigne sa collection "Blossom" ("Floraison"), où dentelles et autres tissus transparents sont agrémentés de fleurs discrètes mais aussi de compositions florales imposantes. Les couleurs qu'il emploie habillent la discrétion absolue ou la femme fatale qui ne passe pas inaperçue. Il jongle ainsi entre le vert eau et le grenat profond. Pour ce qui est des coupes de ses robes, elles restent tiraillées entre le classique et le futuriste. Ce jeune talent dont l'atelier est installé à Beyrouth crée avec aisance des modèles très géométriques comme d'autres fins, soulignant les formes féminines de ses mannequins.

Galerie photo Krikor Jabotian Voyez les images

Amine Bendriouich

amine bendriouich

Bendriouich est décidément l'enfant espiègle de la haute couture marocaine. "C'est un créateur d'uniformes pour anticonformistes", dit de lui Jean-Charles Castelbajac dans un portrait paru dans le Standard Magazine. Ce Marocain multiplie les collaborations et rafle les prix à tout va. Avec sa marque Couture & Bullshit, le couturier casablancais s'est investi dans une ligne urbaine, majoritairement unisexe et taillée pour les jeunes souhaitant affirmer leur style sans s'inquiéter des regards. Avec sa dernière collection "Birds of Ghana", le jeune Bendriouich a encore une fois prouvé son amour pour l'Afrique à travers une ligne épurée, futuriste et très géométrique.

Galerie photo Krikor Jabotian Voyez les images

Rad Hourani

rad hourani

Pour ce Jordanien, la haute couture sera asexuée ou ne sera pas. Lors de son premier défilé à Paris, où il a été invité par la prestigieuse Chambre syndicale de la haute couture, Rad Hourani a défié les codes en présentant une collection unisexe. Les tenues dessinées par le jeune couturier se détachent du monde de la robe ou du pantalon en réinventant la création vestimentaire, dépassant le stade de la couture pour l'emmener à l'échelle du design. Hourani ne part pas pour autant dans le cliché du garçon manqué et de l'homme androgyne, il créé ainsi une nouvelle esthétique où la "catégorisation de chaque vêtement, chaque motif, chaque forme n'a pas lieu d'être" et lui préfère une liberté revendiquée autant sur la création que sur l'interprétation du public.

Galerie photo Krikor Jabotian Voyez les images

Said Mahrouf

said mahrouf

Said Mahrouf est reconnu pour être l'un des couturiers marocains les plus doués de sa génération. Formé à la Rietveld Academy d'Amsterdam et la Pratt Institue de New York, le créateur fait du minimaliste le fil conducteur de sa création. Ce natif d'Assilah dessine des robes généralement géométriques où l'équilibre et la cohérence sont les maîtres mots. Pliées, froissées, lisses ou nouées, les pièces de Said Mahrouf sont à la fois d'une simplicité déconcertante mais n'en demeurent pas moins sophistiquées. Sa dernière collection, "The Conférence of the Birds" a été acclamée en janvier à la Fashion Week d'Amsterdam, juste après que le couturier a habillé plusieurs stars ayant foulé le tapis rouge du Festival international du film de Marrakech.

Galerie photo Krikor Jabotian Voyez les images

Nicolas Jebran

nicolas jebran

Des tons saturés et des coupes franches. Voilà ce qui fait la marque de fabrique du Libanais Nicolas Jebran. Révélé au public en 1999 lors de sa participation à l'émission "Studio El Fan", Nicolas Jebran a, depuis, habillé les plus grandes stars internationales. Lady Gaga, Jennifer Lopez mais aussi Katy Perry ont porté ses créations. Pour sa collection automne-hiver 2016, le couturier a parié sur des couleurs chaudes, tout en employant des tissus différents dont la juxtaposition donne des créations audacieuses qui ne manquent paradoxalement pas d'harmonie.

Galerie photo Krikor Jabotian Voyez les images

Aiisha Ramadan

aiisha ramadan

Cette Libanaise installée aux Emirats arabes unis fête cette année les dix ans du lancement de sa maison de haute couture. Avec ses robes, la jeune couturière entend "parler aux femmes féminines aux quatre coins du globe". Ses créations ont d'ailleurs quelque chose d'universel. Alisha Ramadan reste très attachée à la conception classique de la robe monochrome, un concept qui transparait par exemple dans sa collection hiver 2015 où la créatrice a opté pour des robes longues, souvent de couleurs primaires, agrémentées de détails en mousseline ou en dentelle. Plusieurs fois primée, Aiisha Ramadan a obtenu The Gr8! Women Achiever Award en 2011. Elle a également figuré dans le classement des "meilleures femmes arabes" en 2009, publié par le magazine Arabian Women.

Galerie photo Krikor Jabotian Voyez les images

Bashar Assaf

bashar assaf

"Climax", "Hallucinations" ou encore "Metamorphism". Les noms des collections du jeune Bashar Assaf annoncent d'emblée l'univers futuriste du couturier. Ce jeune Libanais basé à Beyrouth tend à accentuer le corps féminin pour en faire une sculpture à part entière. Habitué des fashion week, notamment celle de Dubaï, Assaf se détache de l'univers de la robe pour concevoir un univers où des tissus légers habillent des femmes résolument urbaines. Le jeune artiste, qui a représenté le Liban en 2015 pour le International Woolmark Prize et a été nommé "meilleur jeune créateur de mode au Moyen-Orient" par le magazine Elle, intègre également quelques pièces destinées aux hommes. Celles-ci se veulent généralement simples mais se démarquent par l'usage de tissus habituellement destinés aux femmes.

Galerie photo Krikor Jabotian Voyez les images

Razan Alazzouni

allazouini

Féerique. C'est le terme qui décrit parfaitement le style de Razan Alazzouni. "Je pense mes créations comme des sculptures. J'aime jouer avec la lumière et les couches, les perles et les broderies", écrit la couturière sur son site officiel. Née et ayant grandi en Arabie saoudite, la jeune créatrice s'est envolée pour les Etats-Unis, un "milieu plus apte à développer sa passion". Si ses robes iraient comme un gant aux princesses des contes de fées, elles n'en demeurent pas moins originales. Razan Allazouini opte souvent pour des coupes déstructurées, osant l'asymétrie et les détails anticonformistes. Son but ultime? "Faire des robes luxueuses, certes, mais où la femme peut bouger confortablement"'.

Galerie photo Krikor Jabotian Voyez les images

Faissal El-Malak

faissal elmalak

Installé entre le Qatar et le Canada, le Palestinien Faissal El-Malak fait les beaux jours de la haute couture arabe. Connu pour avoir développé un style qui mêle touches orientales et coupes occidentales, El-Malak s'entoure d'artisans traditionnels pour créer ses costumes. Dans sa dernière collection, révélée cette année, le jeune artiste a utilisé des matières aux imprimés géométriques, favorisant les rayures et les effets de perspective. Ces tissus ont été tissés de manière traditionnelle en Tunisie, pays que le couturier a d'ailleurs choisi pour "shooter" ses dernières créations. Le résultat est contemporain, puisant dans les origines arabes d'El-Malak en toute discrétion et dans un langage résolument universel.

Galerie photo Krikor Jabotian Voyez les images

LIRE AUSSI: