ALGÉRIE
27/02/2016 09h:21 CET | Actualisé 27/02/2016 09h:22 CET

Migrants du Maghreb: Berlin plaide pour des procédures de renvoi rapides

AFP

Le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, a plaidé samedi dans un entretien à l'AFP pour que les expulsions d'Algériens, Marocains et Tunisiens soient "plus efficientes et plus rapides", à la veille d'une tournée dans ces trois pays.

"Nous devons parvenir à ce que la procédure soit plus efficiente et plus rapide", a estimé le conservateur dans cette interview réalisée par écrit.

Thomas de Maizière doit entamer dimanche une tournée qui le mènera d'abord à Rabat, puis Alger et enfin Tunis alors que l'Allemagne veut placer ces trois pays du Maghreb sur la liste des "pays sûrs", ce qui limitera drastiquement les possibilités d'obtenir l'asile pour leurs ressortissants.

Le projet de loi, dénoncé par des associations de défense des droits de l'Homme, est actuellement en débat au Parlement.

Le ministre allemand a affirmé que l'Allemagne "pouvait envisager d'apporter son aide" à ces trois pays pour identifier leurs ressortissants expulsés d'Allemagne.

En annonçant leur intention de légiférer sur la question, les autorités allemandes avaient en effet souligné que lorsque les demandeurs d'asile du Maroc, d'Algérie ou de Tunisie sont déboutés de leurs demandes et doivent être

expulsés, leur pays refuse de les reprendre s'ils n'ont pas leurs papiers d'identité nationaux, bloquant dès lors la procédure malgré des accords de réadmission.

M. de Maizière a évoqué la possibilité d'"avoir recours aux technologies modernes, comme l'utilisation de données biométriques pour l'identification" de ces ressortissants.

"L'objectif de ce voyage est d'améliorer la coopération pour la reconduite des ressortissants des pays du Maghreb qui doivent quitter l'Allemagne", a-t-il fait valoir.

Mais des ONG ont dénoncé le projet de Berlin, mettant en avant les limitations à la liberté d'opinion dans certains de ces pays ou la situation délicate des homosexuels.

Mais M. de Maizière a assuré qu'un pays pouvait être classé comme sûr quand "il n'y a ni persécution, ni condamnation ou traitement inhumains (...). Le Maroc, l'Algérie et la Tunisie remplissent ces conditions", selon lui.

Le nombre d'Algériens, Marocains ou Tunisiens demandant l'asile à l'Allemagne est toutefois très faible après avoir connu une hausse en fin d'année 2015. En janvier, 1.600 Marocains et 1.600 Algériens ont fait une telle requête et seulement 170 Tunisiens.

LIRE AUSSI:Berlin veut placer Algériens et Marocains déboutés dans des centres spécifiques de rapatriement

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.