MAROC
26/02/2016 06h:20 CET | Actualisé 26/02/2016 06h:20 CET

Couverture de la grève générale: 2M réagit suite aux accusations de Mustapha El Khalfi

2M assure avoir observé "le plus grand professionnalisme" dans son traitement de la grève générale
2M
2M assure avoir observé "le plus grand professionnalisme" dans son traitement de la grève générale

MÉDIAS - Après que le ministre de la Communication Mustapha El Khalfi a estimé que la couverture médiatique par la chaîne 2M de la grève générale datant du mercredi 14 février est "contraire aux principes de la Constitution", qualifiant le traitement médiatique de l'événement par la chaîne de "non professionnel, subjectif et contraire à la déontologie de la profession". la chaîne publique réagit.

Dans un communiqué publié jeudi au soir, 2M assure avoir observé "le plus grand professionnalisme" dans le traitement de l'information sur la grève générale observée mercredi, en donnant la parole aussi bien aux syndicats qu'au gouvernement.

En effet, l'édition de 22 heures, épinglée par Mustapha El Khalfi, avait consacré un reportage à la grève, en donnant la parole à des représentants de la Confédération démocratique du travail (CDT) et de la Fédération démocratique du travail (FDT), ainsi qu'au ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l'administration Mohamed Moubdii, qui avait défendu "l'illégitimité" de la grève, tout en soulignant que "la réforme des retraites est inévitable".

"Nous avons pris également nos précautions dans les commentaires et observé la neutralité en citant les chiffres et les pourcentages disponibles sur la grève", affirme le communiqué de la chaîne publique.

Les propos du journaliste mis en cause

Lors du JT de 22h datant du 24 février, le journaliste Jad Abderdane a tenu à mettre l'accent sur son brassard rouge en signe de grève, tout en expliquant que "la chaîne 2M soutient la grève générale" et que les journalistes ont travaillé uniquement "pour servir les téléspectateurs et les intérêts stratégiques du pays".

Pour Mustapha El Khalfi, contacté par le HuffPost Maroc, cette déclaration ne respectait pas "les principes constitutionnels encadrant les services publics", vu que le concerné "n'a pas le droit de parler au nom de la chaîne" mais peut "toujours faire grève, un droit garanti par la Constitution marocaine".

2M a également son mot à dire à ce sujet. Le personnel de la chaîne "a assuré sa mission dans le cadre d'un service normal et ceux qui ont souhaité exercer leur droit de grève constitutionnel l'ont fait en portant le brassard, car il n'était pas question, étant au service du citoyen marocain et au service des intérêts du pays, de compromettre la continuité du service qui a été assuré en toute responsabilité."

Galerie photo Manifestation pour les libertés individuelles à Casablanca Voyez les images

LIRE AUSSI: Quand Rachid Allali s'invite sur le plateau du JT de 2M