MAROC
25/02/2016 13h:38 CET | Actualisé 25/02/2016 13h:39 CET

Énergies renouvelables: Le Maroc en bonne position à l'échelle mondiale

Énergies renouvelables: Le Maroc en bonne position à l'échelle mondiale
DR
Énergies renouvelables: Le Maroc en bonne position à l'échelle mondiale

ÉNERGIES RENOUVELABLES - Le Maroc est en train de se faire une place sur le marché (très) porteur des énergies renouvelables. C'est ce qui ressort d'un rapport d'EY (anciennement Ernst & Young), un des quatre plus grands cabinets d'audit financier du monde. Intitulée "Énergies renouvelables: Index d'attractivité des pays", cette publication se propose de faire un état des lieux du secteur de l'énergie écologique en fonction des marchés. Un domaine qui "continue d'évoluer rapidement à l'heure où l'industrie mondiale est en train d'opérer une transition vers des méthodes plus vertes" explique Ben Warren, directeur du bureau finances énergétiques et environnementales chez EY dans l'introduction du dossier.

329 milliards de dollars ont ainsi été investis dans ce secteur en 2015 à l'échelle mondiale selon EY. Et le royaume a enregistré une des progressions les plus importantes du classement en gagnant 4 places par rapport à 2014 avec deux milliards de dollars investis, se plaçant ainsi à la 23e place de l'index. Il se hisse également dans le top 15 des marchés étudiés par EY. Malgré cette position, cette somme reste loin du trio de tête. La Chine est à la première place avec 110.5 milliards de dollars investis, suivie des Etats-unis et du Japon qui ont respectivement enregistré 56 et 43.6 milliards de dollars injectés dans le secteur.

Le Maroc est qualifié par EY d'étoile montante de l'énergie renouvelable avec "un marché ne montrant aucun signe de faiblesse et des opportunités d'investissements bon marché" selon le rapport. "Le Maroc, le Chili, le Brésil et l'Inde sont des pays qui proposent des prix records pour leurs ressources solaire et éolienne non subventionnées comparées à leurs énergies fossiles" explique EY.

Pour le reste du Maghreb, seule l'Algérie est citée dans le rapport. Le pays est sur la liste des zones à surveiller en raison d'un "marché relativement immature au potentiel important d'après ses besoins énergétiques" précise le cabinet d'audit.

LIRE AUSSI:

Galerie photo La planète se réchauffe? Voici ce qui nous attend Voyez les images