MAROC
25/02/2016 08h:29 CET | Actualisé 06/10/2016 11h:11 CET

Le "soutien de 2M" à la grève générale est "contraire aux principes de la constitution" selon Mustapha El Khalfi

El Khalfi mécontent de la couverture médiatique de la grève générale par 2M
MAP/2M
El Khalfi mécontent de la couverture médiatique de la grève générale par 2M

MÉDIAS - La couverture médiatique de la grève générale assurée par le journal télévisé de la chaîne nationale 2M a-t-elle été partiale? Lors du JT de 22h datant du 24 février, le journaliste Jad Aberdane a tenu à mettre l'accent sur son brassard rouge en signe de grève, tout en expliquant que "la chaîne 2M soutient la grève générale" et que les journalistes ont travaillé uniquement "pour servir les téléspectateurs et les intérêts stratégiques du pays".

Pour Mustapha El Khalfi, contacté par le HuffPost Maroc, cette déclaration ne respecte pas "les principes constitutionnels encadrant les services publics". Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement explique que "le journaliste a le droit de faire grève, mais n'a en aucun cas le droit de s'exprimer au nom de la chaîne qui fait partie du service public".

Une prise de position anticonstitutionnelle?

Le ministre de la Communication fait d'ailleurs référence aux articles 154, 155 et 156 de la Constitution qui encadrent les services publics, pour soutenir que "la déclaration du journaliste de 2M est anticonstitutionnelle et contraire à la déontologie journalistique qui oblige les journalistes à garantir un traitement neutre de l'information".

L'article 155 stipule que "les agents des services publics exercent leurs fonctions selon les principes de respect de la loi, de neutralité, de transparence, de proximité et d'intérêt général". Le texte qui le précède, lui, souligne "la continuité des prestations rendues" au sein du pôle public.

Contacté par la rédaction, le président de Soread 2M Faïçal Laraïchi a préféré "ne pas s'exprimer sur l'affaire", nous invitant à entrer directement en contact avec le journaliste concerné. Le journaliste Jad Abderdane, joint par le HuffPost Maroc, a expliqué "ne pas être habilité" à répondre à nos sollicitations et que ces propos reflètent "la ligne éditoriale du journal, impliquant l'ensemble des journalistes exerçant au sein de la rédaction".

Al Aoula également concernée

"Le journal télévisé de 2M n'est pas le seul à être concerné", précise Mustapha El Khalfi, évoquant également le cas de l'émission "Daif Al-Aoula" de la chaîne Al Aoula datant du 23 février durant lequel le journaliste "a lu l'ensemble de la déclaration des syndicats au sujet de la grève". "Ce geste enfreint les règles de la déontologie puisqu'il ne respecte pas le principe de la neutralité des médias affiliés au service public qui stipule la présentation des différents points de vue des concernés", explique le ministre, qui rajoute que "le ministère de la Communication est en train d'étudier ces deux cas".

Qu'en est-il du traitement de l'information?

Concernant le traitement médiatique de la grève, celui-ci s'est étalé sur deux reportages effectués par la rédaction de 2M. Le premier a mis en lumière les revendications des quatre principales centrales syndicales ayant participé à cette manifestation, en donnant la parole à des représentants de la Confédération démocratique du travail (CDT) et de la Fédération démocratique du travail (FDT). Le ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l'administration Mohamed Moubdii, interrogé par 2M, a conclu le reportage, en défendant "l'illégitimité" de la gréve, et en soulignant que "la réforme des retraites est inévitable".

Le second reportage, lui, s'est focalisé sur les établissements publics dont l'activité a été gelée par la grève, en l'occurence l'hôpital Moulay El Hassan Belmehdi à Laayoune où 2M s'est rendue pour recueillir des témoignages. Les patients interrogées ont exprimé leur mécontentement suite au gel des activités de l'équipement de santé, malgré le fait que leurs rendez-vous étaient fixés pour le 24 février. Idem à Casablanca, où l'activité du tramway, des autobus ainsi que le Centre hospitalier Ibn Rochd a été suspendue.

Galerie photo Manifestation pour les libertés individuelles à Casablanca Voyez les images

LIRE AUSSI: Quand Rachid Allali s'invite sur le plateau du JT de 2M