MAROC
24/02/2016 08h:58 CET | Actualisé 24/02/2016 08h:59 CET

Pour contrer le PJD, le PAM renforce sa coordination avec l'USFP

dr

PARTIS - Dans la soirée du mardi 23 février, les membres du bureau politique de l'Union socialiste des forces populaires (USFP) ont rencontré, dans le siège du Parti authenticité et modernité (PAM), le bureau politique du PAM. Au menu: le renforcement des relations entre les deux partis, et la création d'un front anti-islamiste.

Durant cette rencontre, les dirigeants des deux partis ont convenu d'un renforcement de leur coordination parlementaire en matière d'élaboration des amendements, "en accordant une attention particulière aux lois organiques qui revêtent une importance politique et idéologique particulière (...) dont les lois sur la parité et la langue amazighe", indique un communiqué des deux partis politiques.

Les deux formations politiques ont également discuté des lois électorales, et ont souligné "la nécessité de poursuivre le dialogue sur la réforme des lois électorales à la lumière des propositions fondamentales qui ont figuré dans le mémorandum de l'USFP, tout en l'enrichissant d'autres propositions", selon le communiqué. Parmi les points abordés, le respect de la pluralité et de la diversité politique. En filigrane, se pose la question de l'abaissement du seuil électoral, que l'USFP, le PPS, le PAM et les petits partis politiques défendent, envers et contre le PJD et l'Istiqlal.

L'USFP et le PAM ont aussi promis de constituer un front pour s'opposer à "tous les courants extrémistes et radicaux qui déploient un discours régressif pour s'enraciner, progressivement, dans les institutions et dans la société, dans le cadre d'un projet hégémonique contraire aux traditions et à la culture marocaine", toujours selon le communiqué. L'allusion au Parti de la justice et du développement (PJD) est à peine masquée.

L'opposition sans l'Istiqlal

Ce renforcement de la coordination entre les deux formations politiques intervient dans un contexte marqué par le désistement progressif du Parti de l'Istiqlal (PI) de l'opposition. Ce dernier adresse, depuis quelques mois, des signes d'une volonté de rapprochement à la majorité dirigée par le PJD.

LIRE AUSSI :