MAROC
21/02/2016 06h:59 CET | Actualisé 21/02/2016 07h:50 CET

Reportage: La célébration du Mouvement du 20 février à Rabat (PHOTOS)

dr

ANNIVERSAIRE - On s'attendait à une commémoration. Le genre de marche qui exhume une mouvance sociale désagrégée, mais dont les éléments constitutifs sont toujours présents, avec l'espoir d'une lame de fond qui revivifie la déferlante 20 février, la réactualise, strate par strate, renouvelle demandes, attentes, revendications. Sinon, à un hommage: marcheurs arqués, mines défaites, les yeux rivés au sol, nostalgie palpable, têtes d'enterrement – littéralement. Ce que nul ne pronostiquait, c'est que la marche de célébration des cinq ans du Mouvement du 20 février, qui s'est tenue à Rabat, ait tout d'une fête solaire. Atmosphère bon enfant, méli-mélo de revendications, de formes de protestation. Un enchevêtrement de manifestations qui fait unité – comme le fut, de son temps, le M20F.

L'événement était attendu. Et les préparatifs ont été machinés à la hauteur pour le faire réussir. Vendredi 19 février, des membres du mouvement se sont réunis à Rabat, dans un lieu tenu caché pour produire affiches, pancartes, banderoles. Pour éviter un ébruitement qui, conséquemment, pourrait induire quelque hasard malencontreux – les militants craignaient une saisie du matériel par les autorités – la discrétion était de mise. De fait, seule une vingtaine de militants laborieux ont travaillé sur les affiches, et communiquaient au compte-gouttes sur l'avancement des préparatifs, qui ont duré jusqu'à la fin de soirée.

mf20f

mf20f

mf20f

La préparation des affiches, vendredi 19 février

Samedi 20 février, la "big party"

Le lendemain, à 14H30, au jardin de l'institut Cervantès, des militants – de l'Union des étudiants pour le changement du système éducatif (UECSE) notamment – se rencontrent pour des répétitions. En préparation: deux performances déambulatoires. La première met en scène le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale (BM), l'Administration, le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et le peuple marocain. Les deux premiers, marionnettistes, manipulaient l'Administration qui, tout en leur faisant des courbettes, assenait des coups de pied dans le postérieur du Chef du gouvernement. Celui-ci, à son tour, ne faisait pas dans l'économie de l'effort, lorsqu'il s'agissait de botter le derrière du peuple. La seconde performance met en scène un berger – le système éducatif marocain – guidant un troupeau d'élèves, portant des masques de moutons.

troupe élèves

Troupeau d'élèves-moutons

mf20f

Le berger-système éducatif et son troupeau

mf20f

le FMI, la Banque mondiale, Abdelilah Benkirane et l'Administration

mf20f

Abdelilah Benkirane

À 15H, plusieurs groupes de manifestants étaient déjà présents à Place Al-Karama, à Bab El Had, à Rabat. Étaient sur place, notamment, enseignants stagiaires –dont la présence, salutaire et inattendue, a sensiblement fait grimper le nombre de marcheurs – diplômés chômeurs, syndicalistes, associations – dont l'Association marocaine des droits de l'Homme (AMDH) – acteurs politiques – hormis les jeunesses de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), des membres de la Fédération de la gauche démocratique (FGD), dont Omar Balafrej et Mohamed Sassi étaient présents, ainsi que le secrétaire général d'Annahj Addimocrati Mustapha Brahma. Les revendications étaient tout autant composites: Refonte de la Constitution. Démission du gouvernement. Libertés. Dignité. Démocratie. Justice sociale. Libération des prisonniers politiques. Indépendance de la justice. De fait, le Mouvement n'a pas eu à actualiser ses revendications: entre 2011 et aujourd'hui, plusieurs dossiers sont toujours en souffrance: parité, lutte contre la corruption, liberté sexuelle, justice sociale, cherté de la vie, répartition des richesses, etc. Si les affiches et les bannières étaient très disparates, les slogans, eux, ont été presque exclusivement consacrés aux thématiques sociales, tel le partage équitable des richesses. L'atmosphère est cordiale, l'occasion propice aux retrouvailles. Nombre d'activistes échangeaient salutations, accolades.

mf20f

"Le peuple veut faire tomber la Constitution octroyée. Le peuple veut faire tomber ces gouvernements risibles."

mf20f

"Liberté, dignité, égalité."

mf20f

Groupe d'enseignants stagiaires.

mf20f

Groupe de manifestants à Bab El Had

mf20f

Manifestants de l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH)

mf20

Performance déambulatoire.

Puis le cortège s'ébranle, en direction du parlement. Tout au long du trajet, les manifestants scandent slogans, poing levé vers le ciel. Les cris de ralliement se succèdent, des performances déambulatoires sont improvisées. La célébration du 20 février s'est poursuivie jusqu'à 18H, devant le parlement, sous le regard maternel de forces de l'ordre, qui étaient présents en nombre aux abords du parlement, soigneusement emmitouflés dans des casques anti-émeutes.

mf20f

Manifestants de l'AMDH marchant en direction du parlement.​

mf20

Un manifestant faisait voltiger un cerf volant tagué "Liberté".

Découvrez la suite des photos de la marche dans notre diaporama:

Galerie photo Reportage: La célébration du M20F (PHOTOS) Voyez les images

LIRE AUSSI :