MAROC
20/02/2016 07h:23 CET | Actualisé 20/02/2016 10h:37 CET

Ce qu'il faut retenir de la visite de Mezouar à Washington

Ce qu'il faut retenir de la visite de Mezouar à Washington
Ce qu'il faut retenir de la visite de Mezouar à Washington

DIPLOMATIE - Libye, COP 22, formation des imams... Après un bref passage à Paris cette semaine où il a rencontré son homologue français, le ministre des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, s'est rendu à Washington jeudi 18 et vendredi 19 février. L'occasion pour le chef de la diplomatie marocaine d'aborder un certain nombre de sujets avec le secrétaire d'Etat américain, John Kerry.

"Stabilisateur de la région"

Après avoir rappelé "la très longue et bonne relation" entretenue par les Etats-Unis et le royaume, John Kerry a souligné que, malgré le fait que le Maroc ne soit pas membre de l'OTAN, il reste "un important allié", notamment dans l'appui au processus de paix engagé en Libye. "La stabilisation de l'ensemble de la sous-région et particulièrement du Sahel dépend de la stabilisation de ce pays, étant donné les avancées de Daech dans les villes de Syrte et de Misrata", a indiqué Salaheddine Mezouar.

"Nous sommes vraiment reconnaissants du fait que le Maroc ait accueilli les réunions du dialogue interlibyen", a souligné le secrétaire d'Etat américain lors d'une conférence de presse, "dans l'espoir de voir émerger un gouvernement en Libye et de préserver l'unité du pays". Pour rappel, un gouvernement d'union nationale a été formé dimanche 14 février à Skhirat, après des mois de négociations entre les deux camps libyens rivaux.

John Kerry a également félicité le Maroc pour son rôle en tant que "facteur stabilisateur dans la région" et mis en avant les actions menées par le royaume dans le domaine de la lutte anti-terrorisme, de la déradicalisation, et de la formation des imams.

Transition énergétique et environnement

Alors que le roi vient d'inaugurer la première centrale solaire Noor à Ouarzazate, John Kerry a souligné l'engagement du Maroc dans le domaine de l'énergie, estimant que "tout ce que le Maroc est en train d'entreprendre est devenu un modèle à suivre dans la région, car il apporte des réponses concrètes à des problématiques concrètes".

La question de la COP22, prévue à Marrakech en novembre prochain, était aussi

au menu des discussions avec le responsable américain. "Les deux parties ont insisté sur le fait que si la COP21 à Paris a été celle de la conclusion de l'accord, la COP22 doit être celle de la mise en œuvre effective non seulement de cet accord mais aussi des projets ainsi que de la clarification de la question du financement du Fonds vert et d'autres mécanismes", a indiqué Salaheddine Mezouar.

En matière d'environnement, John Kerry, qui pilote depuis quelques mois un vaste projet de protection des océans (incluant la lutte contre la pêche illégale et la pollution), a demandé à ce que le Maroc soit plus engagé dans cette initiative.

Stratégie africaine

M. Mezouar, qui a également rencontré la sous-secrétaire d'Etat chargée de l'Afrique, Linda Thomas-Greenfield, a enfin évoqué la situation dans le continent.

Outre le volet sécuritaire au Sahel et au Mali, le ministre a insisté sur "les trois chantiers arrêtés en matière de partenariat triangulaire" avec les Etats-Unis et les pays africains: "aussi bien au niveau de la sécurité alimentaire, de l'électrification de l'Afrique que de la facilitation du commerce et de l'investissement, il y a une volonté réelle de continuer à avancer", s'est félicité le ministre.

Salaheddine Mezouar, qui s'est aussi entretenu avec la conseillère à la sécurité nationale du président Barack Obama, Susan Rice, a souligné que les deux pays s'étaient mis d'accord pour se retrouver "début avril prochain" à Rabat pour la quatrième session du Dialogue stratégique.

LIRE AUSSI:COP21: Salaheddine Mezouar affirme la solidarité "climatique" du Maroc avec les pays vulnérables