TUNISIE
19/02/2016 13h:09 CET | Actualisé 19/02/2016 13h:14 CET

Tunisie: Une association tente d'attirer l'attention sur la maltraitance des animaux

AJCA

Les amoureux des animaux ne se font pas prier pour agir. L'association des Jeunes citoyens actifs organise le dimanche 21 février l'événement "Sayess Alihom" (Prends soin d'eux).

Victimes d'ignorance ou d'indifférence, les animaux voit souvent leur sort dépendre des êtres humains. L'événement regroupera plusieurs intervenants pour sensibiliser le public à l’injustice et à la maltraitance que subissent les animaux, et pour apporter un soutien aux associations qui s'occupent de leur protection.

"Au-delà des galas caritatifs et des adoptions via les associations ou les réseaux sociaux, des solutions durables doivent être employées", a déclaré Kawther Mekkaoui, organisatrice de l'événement, contactée par le Huffpost Tunisie.

La rencontre est essentiellement destinée aux propriétaires d'animaux domestiques.

Les intervenants compteront entre autres: Walid El Fatmi, vétérinaire, qui présentera les premiers secours à administrer aux animaux en danger ou accidentés; la maman d'une enfant autiste qui témoignera des progrès qu'a effectué sa fille grâce à un chien, Hend Bousrih, représentante de l'associations de protection des animaux "SOS Animaux" de Nabeul, qui présentera les mesures à prendre pour adopter ou faire adopter un animal perdu ou errant.

Les interventions seront accompagnées de débats et de musique.

notre Band , vous garantit une bonne ambiance . soyez nombreux

Posté par Association des jeunes citoyens actifs sur mardi 16 février 2016

En Tunisie il y a près de 440.000 animaux carnivores domestiques vaccinés et presque autant qui sont errants, selon le Dr. Néjib Bouslama, médecin vétérinaire, président du conseil des médecins vétérinaires en Tunisie.

"Contrairement aux années passées où nous n'avons recensé en moyenne que 100 à 120 cas de rage animale, en 2015 nous avons enregistré 400 cas. Nous avons eu aussi six cas de décès humains causés par la rage. C'est malheureux pour un pays comme le nôtre", a dit Dr. Bouslama.

Malgré les efforts déployés, les résultats ne suivent pas. Des initiatives citoyennes ou publiques aident à améliorer la situation en Tunisie mais n'arrivent pas à régler le problème des animaux errants. "Des interventions plus efficaces doivent se faire au niveau des municipalités", explique le vétérinaire.

"J'invite les gens à accueillir les animaux dans le besoin ne serait-ce que quelques jours, le temps de leur trouver un refuge via les associations ou d'autres volontaires", a ajouté Kawther Mekkaoui.

"Il ne faut pas rester passif et pleurer sur son sort. Nous pouvons par des actes simples améliorer la vie de bêtes innocentes", a-t-elle conclu.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.