ALGÉRIE
18/02/2016 06h:08 CET | Actualisé 18/02/2016 06h:57 CET

La rencontre Algérie-Palestine a tenu toutes ses promesses

HuffPost Algérie

Quand Abou Nehya, servi à la 63e minute, ouvre le score pour la Palestine, une ambiance de folie s’empare des tribunes du stade du 5-Juillet. Un moment intense et émouvant que ni le buteur palestinien ni ses coéquipiers n’oublieront de sitôt. Et pour cause ! Pour leur première en Algérie face à la sélection olympique algérienne, les joueurs de la sélection palestinienne ont été accueillis comme des héros par un public algérien acquis.

Une rencontre amicale, néanmoins historique, qui a tenu toutes ses promesses, tant sur le terrain que dans les tribunes, où les aficionados algériens et palestiniens, en transe durant tout un après-midi, ont assuré ensemble une fête inoubliable ce jour de semaine.

L’effervescence était déjà bien palpable avant le début de la rencontre qui n’avait aucun enjeu footballistique réel.Les chants des supporteurs algériens et palestiniens dans les tribunes montaient jusqu’au au ciel.

Des "Falestine Echouhada" parvenaient dans un large écho aux oreilles des nouveaux arrivants, qui, comme contaminés, brandissaient systématiquement leurs drapeaux ou keffieh, et reprenaient, à l’extérieur de l’enceinte, les chants et les slogans à la gloire de la Palestine.

LIRE AUSSI: Match Algérie-Palestine: les Palestiniens chaleureusement accueillis à leur arrivée à Alger

Accueillis en héros

Une image rare, historique mais surtout symbolique, à laquelle les supporteurs algériens ne nous ont pas habitués jusque-là lors des précédentes rencontres nationales, a sans doute marqué les esprits ce mercredi.

L’ambiance de folie avait atteint son paroxysme à la fin des échauffements et à l’entrée des deux sélections sur le terrain. Les chants "Falestine Echouhada", qui fusaient de partout, ont soudainement laissé place au silence lorsque les premières notes de “Fidai”, l’hymne national palestinien, ont retenti.

Les tribunes du 5-Juillet enfilaient en quelques secondes un manteau. Les milliers de spectateurs, algériens et palestiniens, brandissaient leurs drapeaux et écharpes rouges, vertes, noires et blanches. Une ovation, accompagnée d’un brouhaha assourdissant, marque la fin de l’hymne palestinien et les supporteurs, toujours debout, se remobilisent et redressent leurs drapeaux pour l’hymne national algérien.

Coup de sifflet, la rencontre commence, à 17H00. Les esprits se sont un peu calmés et les spectateurs se sont assis. Pas pour longtemps puisque dès la première minute de jeu, le joueur algérien Mohamed Benkhemessa trouve dans une puissante frappe la transversale du portier palestinien.

De quoi réchauffer les esprits des supporteurs, dont les ovations valsaient alors entre les passes de balle algériennes et les contre-attaques palestiniennes.

Néanmoins, c’est au rythme du jeu développé par les joueurs "visiteurs" que le brouhaha des supporteurs se libérait des gradins le restant de la 1e mi-temps. Les héros, ce mercredi soir, étaient bien les joueurs Palestiniens et les supporteurs réagissaient plutôt à leurs occasions. Ils se sont même pris la tête à deux mains devant le raté de Abou Nehya à la 19e minute.

La première période a été légèrement dominée par les Algériens, parfois sifflés, face à des Palestiniens repliés mais applaudis dans leurs interventions défensives. Très agressives d’ailleurs, de quoi suspendre la partie, à plusieurs reprises et rouvrir la porte aux chants, aux slogans mais surtout aux olas répétées.

"Djinakoum min falestin"

Dans les tribunes, la ferveur gagnait en intensité à la mi-temps. Et les paroles mélodieuses que chantait un animateur palestinien répandaient un entrain gai chez les supporteurs, qui se laissaient alors rythmer par un tour de zorna.

La sélection palestinienne reprenait les rênes de la rencontre et se montraient plus redoutable au retour des vestiaires.

Les occasions franches des camarades de Mohamed Abou Nehya suscitaient à chaque fois un large écho dans les gradins, pour exprimer leurs regrets de ne pas voir le ballon au fond des filets.

C’est à la 63e minute que le public du 5-Juillet a été enfin libéré. Dans un assourdissant brouhaha, les supporteurs algériens et palestiniens se sont subitement levés pour crier à tue-tête et brandir leurs drapeaux et keffieh, faisant trembler les gradins du stade.

L’excitation des spectateurs ne faiblissaient pas mais s’intensifiaient à la diffusion du ralenti de l’unique but de la rencontre, et les chants “Falestine Echouhada” reprenaient alors de plus belle. Les brillantes récupérations de la défense palestinienne, sous la pression des attaquants algériennes étaient constamment applaudies par les spectateurs, de plus en plus calmes, tout de même exaltés le temps d’une énième ola ou d’une occasion ratée.

Les supporteurs, algériens et palestiniens, s’étaient levés au sifflet final de la rencontre, pour applaudir la victoire méritée de la sélection palestinienne. Les slogans et les chants à la gloire de cette nation qui se bat depuis plus d’un demi-siècle pour libérer ses territoires occupés. Un message fort. Un soutien franc et inconditionnel.

Le temps, d’un match, le stade du 5-Juillet était palestinien ce mercredi soir.

Bravo a toi le public Algerien present au stade du 5 juillet a l'occasion de la rencontre Algerie-Palestine ou comme l'a...

Posté par Fares Chahine sur mercredi 17 février 2016

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.