TUNISIE
15/02/2016 17h:36 CET | Actualisé 16/02/2016 06h:23 CET

Tunisie: Interview avec la blogueuse Lina Ben Mhenni, organisatrice d'une collecte de livres en faveur des prisonniers

Vue sur une partie de mes bibliothèques de livres.
bob august/Flickr
Vue sur une partie de mes bibliothèques de livres.

lina ben mhenni Après les films, les prisonniers auront droit aux livres, grâce à l'éventuelle participation des citoyens à la collecte de livres en leur faveur, organisée par la blogueuse Lina Ben Mhenni ainsi que son père l'activiste Sadok Ben Mhenni.

Contactée par le HuffPost Tunisie, Lina Ben Mhenni revient sur le déroulement de cette collecte.

HuffPost Tunisie: D’où vient l’idée de cette initiative?

Lina Ben Mhenni: Durant les Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), j'ai eu l'occasion de visiter quelques prisons dans le cadre d'une initiative menée par l'organisation mondiale contre la torture (OMCT). À la (prison de) Morneguia, j'ai remarqué la présence d'une bibliothèque que j'ai eu la possibilité de la visiter, discuter avec la personne qui s'en occupait, avoir des renseignements sur les livres et la manière dont ils étaient distribués. J'ai également voulu savoir si on pouvait l'alimenter avec d'autres livres. Et c'est comme ça que tout a commencé. Avec mon père, nous avons discuté de la possibilité de lancer une collecte et on a soumis l'idée à l'OMCT pour voir les possibilités de l'acheminement des livres à la prison dans le cadre d'un accord de collaboration entre l'organisation et la direction générale des prisons et de la réhabilitation. L'OMCT nous a tout de suite aidé à concrétiser l'idée.

collecte livre

Selon la page Facebook de l’événement créée pour la collecte, cette dernière se déroule du 11 au 24 février. La collecte est-elle limitée à cette période?

Non, c'est une action qui n'est pas limitée dans le temps. La limitation de la date sur le réseau Facebook nous est imposée par les règles du réseau qui limitent la durée des événements à deux semaines mais je vais renouveler l’événement à chaque fois.

Quel genre de livres souhaiteriez-vous avoir?

Nous collectons tous les livres et ouvrages. Quel que soit le thème et quelle que soit la langue dans laquelle ils sont rédigés, ils sont les bienvenus et ce indépendamment de la date et du lieu d'édition.

"La lecture était leur refuge"

Sachant que les Tunisiens ne lisent pas de livres, vous espérez que les prisonniers démentent cette tendance?

Je pense que la lecture aidera les prisonniers et prisonnières à s'évader autrement. Beaucoup de mes ami(e)s ont fait un passage par la prison et c'est là qu'ils ont trouvé du temps pour la lecture. J'ai eu beaucoup de messages de personnes passées par la case prison suite à l'annonce que j'ai faite. Pour eux, la lecture était un refuge. Oui les prisonniers ont déjà démenti cette tendance.

Aujourd'hui, le terrorisme présente une grande menace pour notre pays. Je suis persuadée que des recrutements et de l'endoctrinement se font derrière les barreaux. C'est notre manière à nous de lutter contre ce fléau dans les prisons.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.