MAROC
15/02/2016 13h:14 CET | Actualisé 15/02/2016 13h:17 CET

Ces Marocains qui rejoignent l'Allemagne en se faisant passer pour des Syriens

Ces Marocains qui rejoignent l'Allemagne en se faisant passer pour des Syriens
Alex Mueller's Daily Photo/Flickr
Ces Marocains qui rejoignent l'Allemagne en se faisant passer pour des Syriens

IMMIGRATION - L'envie d'ailleurs peut parfois pousser la jeunesse à prendre des décisions nourries de désespoir. C'est ce qui ressort d'un long reportage du quotidien espagnol El Pais au sujet de jeunes marocains tentant de rejoindre l'Allemagne en se faisant passer pour des réfugiés syriens.

Et leur mode opératoire est bien rôdé. Ces Marocains partent en direction de la Turquie, où aucun visa n'est demandé aux voyageurs venant du royaume. Une fois arrivés, ils se débarrassent de leur passeport pour se procurer des papiers syriens et entrent en contact avec les passeurs de migrants vers la Grèce.

Le quotidien espagnol explique qu'en septembre 2015, beaucoup de jeunes sont partis du village de Zgangan, situé à proximité de Nador, bien qu'aucun chiffre officiel ne soit pas disponible. Selon la plupart des sources consultées par le journal, 1000 départs auraient eu lieu sur une population d'environ 30.000 habitants. L'Allemagne est un choix de prédilection puisque la plupart des concurrents à "l'eldorado européen" possèdent de la famille là-bas. Plusieurs vidéos montrant des marocains se faisant passer pour des réfugiés syriens pour rejoindre l'Allemagne ont récemment fait le tour de la toile.

Omar Nadi, président du bureau de l'Association marocaine des droits humains à Nador explique au journal: "Depuis les années 2000, le gouvernement parle de grands projets pour Nador. Le tourisme n'a pas été développé et Melilla reste le lieu qui offre le plus de travail. La contrebande reste l'industrie principale. Pourquoi est-ce que le gouvernement ne dit rien à propos de ces départs? Ni l'ambassadeur du royaume en Grèce?"

Plus de 10.000 marocains sont arrivés en Allemagne ces deux derniers mois. Angela Merkel et Mohammed VI s'étaient mis d'accord pour faciliter le rapatriement de ces "réfugiés" au royaume. L'Allemagne avait ensuite inscrit le Maroc sur sa liste des "pays sûrs", aux côtés de l'Algérie et de la Tunisie, durcissant ainsi les conditions d'asile pour leurs ressortissants.

LIRE AUSSI:

Galerie photoDes réfugiés syriens dans la neige Voyez les images