MAROC
15/02/2016 07h:18 CET | Actualisé 18/02/2016 11h:13 CET

Loubna Abidar la Brésilienne tacle la presse marocaine et revient sur la "beauté de son accent"

PEOPLE - Interviewée par le journaliste people Simo Benbachir, Loubna Abidar revient sur sa nomination aux César, son passage au Petit Journal de Canal+ et fait des révélations sur sa double nationalité.

Depuis sa nomination au prestigieux prix français du cinéma, l'actrice marocaine, qui vit depuis peu en France, fait le tour des plateaux de télévision.

"J'ai reçu un accueil des plus chaleureux au Petit Journal, j'ai été simple, naturelle et tout le monde était heureux de me voir", a-t-elle raconté au micro de Simo Benbachir.

"Les Français adorent mon accent"

"La presse marocaine ne sait plus de quoi parler, alors ils se moquent de mon français. Pour les gens qui critiquent mon accent, sachez que j'ai un accent très particulier, pas comme celui des Arabes qui vivent en France, mon accent fait ma beauté, d'ailleurs les Français l'adorent", a-t-elle estimé.

Interrogée sur son désir d'acquérir la nationalité française, l'actrice de "Much loved" a expliqué qu'elle avait la nationalité brésilienne. Une rarement mentionnée lors de ses précédentes interviews.

"Une actrice qui a reçu des prix internationaux et qui est nominée aux César mérite toutes les nationalités du monde", a-t-elle ajouté.

"Ceux qui m'insultent sont schizophrènes"

Alors qu'elle a vivement été critiquée pour avoir nargué le Maroc depuis les rues de Paris en se baladant "sans protection", Loubna Abidar semble décidée à régler ses comptes avec les Marocains et la presse marocaine.

"Je n'ai pas insulté les Marocains, j'ai insulté une certaine catégorie qui m'attaque régulièrement sans avoir vu mon film. Ce sont des schizophrènes. En ce qui concerne la presse marocaine, ce qu'ils disent sur moi n'est que mensonge, ils ne savent plus quoi inventer, ils devraient vraiment prendre exemple sur la presse française".

Loubna Abidar envisage d'ailleurs de retourner au Maroc, après la cérémonie des César.

LIRE AUSSI :