MAROC
15/02/2016 08h:18 CET | Actualisé 15/02/2016 08h:18 CET

Agressions de Cologne: Les Marocains impliqués n'étaient pas des réfugiés

Agressions de Cologne: Les Marocains impliqués n'étaient pas des réfugiés
DR
Agressions de Cologne: Les Marocains impliqués n'étaient pas des réfugiés

MIGRATION - Retournement de situation dans l’affaire des agressions de Cologne, survenus dans la nuit du Nouvel An. Alors que les informations qui circulaient sur le sujet attribuaient ces violences à des réfugiés, le procureur de Cologne, Ulrich Bremer, a indiqué dans une interview à Die Welt que sur 58 agresseurs, 55 n’étaient pas des réfugiés.

En effet, ces agressions ont essentiellement été commises par des migrants marocains et algériens. Dans le détail, les autorités allemandes ont répertorié 25 suspects algériens, 21 Marocains, trois Tunisiens, trois Allemands, deux Syriens, un Irakien, un Libyen, un Iranien, et un Monténégrin.

Dimanche 17 janvier, des responsables politiques allemands avaient indiqué que l'Allemagne envisageait de mettre en place des mesures pour rapatrier plus rapidement les demandeurs d'asile marocains et algériens déboutés, en les plaçant notamment dans des centres spécifiques de rapatriement. Un "tour de vis" qui fait suite aux événements de Cologne.

Selon des chiffres du ministère chargé des Marocains résidants à l'étranger datant de 2011, plus de 150.000 Marocains sont installés dans la république fédérale.

LIRE AUSSI: