TUNISIE
13/02/2016 06h:06 CET | Actualisé 13/02/2016 07h:28 CET

Tunisie: L'Union Européenne propose une nouvelle assistance macrofinancière de 500 millions d'euros

European Commissioner for Economic and Financial Affairs Pierre Moscovici speaks during a media conference at EU headquarters in Brussels on Thursday, Jan. 28, 2016. The European Union has unveiled new measures to combat tax evasion by big companies as part of efforts to end sweet deals between member countries and multinationals. (AP Photo/Virginia Mayo)
ASSOCIATED PRESS
European Commissioner for Economic and Financial Affairs Pierre Moscovici speaks during a media conference at EU headquarters in Brussels on Thursday, Jan. 28, 2016. The European Union has unveiled new measures to combat tax evasion by big companies as part of efforts to end sweet deals between member countries and multinationals. (AP Photo/Virginia Mayo)

L'Union européenne a proposé vendredi une aide de 500 millions d'euros à la Tunisie, voulant "plus que jamais" soutenir ce pays pionnier des "Printemps arabes" à l'économie déprimée dont les difficultés ont été aggravées par une série d'attentats l'an dernier.

"À la suite d'une demande de la Tunisie, la Commission a proposé aujourd'hui d'accorder au pays une assistance macrofinancière supplémentaire de 500 millions d'euros au maximum", sous "forme de prêts à moyen terme à des conditions financières favorables", a indiqué l'exécutif européen dans un communiqué.

"Il importe plus que jamais que la Tunisie demeure un exemple pour la région", a estimé Pierre Moscovici, commissaire aux Affaires économiques, cité dans le communiqué, en référence à la révolution tunisienne de janvier 2011, largement motivée par la misère et le chômage, qui a donné le coup d'envoi des "Printemps arabes".

Les gouvernements qui se sont succédé depuis se sont tous engagés à réduire les inégalités régionales et le chômage, mais sans réussir à faire décoller l'économie.

"En fragilisant encore davantage la balance des paiements et les finances publiques du pays, les récents attentats terroristes ont créé d'importants besoins de financement", a jugé M. Moscovici, rappelant qu'ils avaient frappé "deux secteurs clés de l'économie", le tourisme et les transports.

La Tunisie traverse une transition économique mouvementée. Le taux de chômage dépasse 15%, et flirte avec les 30% parmi les diplômés. Début février, le ministre des Finances, Slim Chaker, a indiqué que le taux de croissance en 2015 n'avait pas dépassé 0,3%, tout en disant espérer 2,5% cette année.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.