MAROC
13/02/2016 15h:09 CET | Actualisé 13/02/2016 15h:09 CET

Maroc/Algérie: Le RCD appelle à l'ouverture des frontières maroco-algériennes

DR

DIPLOMATIE - De plus en plus de voix appellent à l'ouverture des frontières algéro-marocaines. Moins d’un mois après le "Quartet" tunisien pour le dialogue national, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), parti d'opposition en Algérie, a appelé samedi, par la voie de son président, à l'ouverture des frontières entre les deux pays. Frontières fermées depuis 1994, suite à l'attentat survenu à Marrakech dans l'hôtel Atlas Asni, perpétré par deux ressortissants d'origine algérienne. Le Maroc avait imposé des visas aux Algériens, et en retour, l'Algérie avait fermé la frontière.

"Il faut ouvrir les frontières pour renforcer nos capacités. Ceux qui s'opposent à l'ouverture de la frontière sont ceux qui profitent de cette situation d'isolement", a déclaré Mohcine Belabbas, lors d'un meeting populaire animé à Alger à l'occasion du 27e anniversaire de la création du parti.

Mohcine Belabbès justifie sa demande d'ouvrir les frontières fermées avec le Maroc par l'impératif de "stimuler la compétitivité et de nourrir le libre débat".

"Étouffer les plus démunis"

"Enfermer la nation, c'est étouffer les plus démunis", a-t-il ajouté. C'est ainsi qu'il appelle à réhabiliter la fédération des Etats nord-africains voulue par les dirigeants des mouvements de libération. "Le faire, selon lui, c'est rapprocher les points de vue, additionner les moyens et élargir le marché pour nos usines".

Le président du RCD avait appelé, fin janvier depuis le Maroc, à la construction d'un "ensemble nord-africain" qui nécessite de "mettre un terme à la fermeture des frontières terrestres entre l'Algérie et le Maroc".

"Notre proximité avec l'Europe qui constitue désormais une entité régionale forte avec laquelle nous partageons une longue histoire nous pousse à la construction d'un ensemble nord-africain, seul à même d'impulser la synergie nécessaire qui nous permettra d'occuper une place en phase avec notre temps", avait déclaré le président du RCD dans un discours prononcé à l'ouverture du Congrès du Parti authenticité et modernité (PAM).

"Des pays liés par l'histoire"

"Il est inacceptable que deux pays du Maghreb liés par l'histoire, la religion et la langue continuent à garder leurs frontières fermées'', avait affirmé Ahmed Ben Tahar Galai, vice-président de la ligue tunisienne des droits de l'homme, le 21 janvier à Bruxelles.

"Nos parents nous ont légué un projet merveilleux, celui d'unifier les peuples de la région, de lui réserver un avenir prospère mais malheureusement aujourd'hui il y a des familles séparées, avec un coût social énorme et des pertes économiques importantes'', avait-il déploré dans une déclaration à l'agence MAP, en marge de sa participation à la session plénière du Comité économique et social européen.

La Banque mondiale estime à plusieurs milliards de dollars le coût annuel de la non existence d'une union maghrébine. Selon la Commission économique de l’Afrique, la création d'une telle union ferait gagner aux cinq pays du Maghreb l’équivalent de 5% de leurs PIB cumulés.

LIRE AUSSI: Les Tunisiens du Prix Nobel de la paix 2015 appellent à rouvrir la frontière entre le Maroc et l'Algérie