ALGÉRIE
12/02/2016 06h:03 CET | Actualisé 12/02/2016 06h:04 CET

BAC 2015/2016: toute tentative de triche expose son auteur à une sanction allant jusqu'à l'exclusion de cinq ans

Archive

Les tricheurs aux examens du baccalauréat sont avertis. Des mesures rigoureuses seront prises contre toute tentative de triche à l'examen du baccalauréat allant jusqu'à une exclusion du candidat pour une durée de cinq ans.

Le ministère de l'Education nationale a décidé de "prendre des mesures rigoureuses contre toute tentative de triche lors des examens officiels allant jusqu'à l'exclusion de l'examen du baccalauréat pour une durée de cinq ans au lieu de trois comme en vigueur notamment si le tricheur a eu recours aux nouvelles technologies", a indiqué Mme Benghebrit lors de la Conférence régionale des cadres de l'éducation des wilayas du Centre jeudi à Alger.

Pour éviter les cas de triche, elle a souligné que ses services préparaient le lancement d'une campagne de sensibilisation au profit des élèves et parents d'élèves pour les sensibiliser à la gravité de la triche lors des examens.

Afin d'assurer le bon déroulement des examens, elle a insisté sur la nécessité de "réunir toutes les conditions au double plan pédagogique et logistique", rassurant que l'"élève bénéficiera d'un accompagnement en réactivant le dispositif de soutien pédagogique destiné aux élèves en classe d'examens notamment ceux de terminale à travers notamment l'exploitation de la plateforme numérique de l'Office national de l'enseignement et de la formation à distance".

Mme Benghebrit a insisté sur l'importance de la coordination entre l'ensemble des parties concernées afin d'arrêter "toutes les dispositions garantissant le bon déroulement des examens tout en veillant au strict respect des règles de sécurité à même de préserver la crédibilité des examens".

Elle a appelé en outre, les acteurs concernés à "assurer le suivi et le succès de l'opération d'octroi des cartes d'identité biométriques aux candidats au baccalauréat en collaboration avec les services du ministère de l'Intérieur et des collectivités locales.

Par ailleurs, la ministre de l'Education nationale a estimé que la constitution amendée récemment adoptée, constituait un "document stratégique pour l'avenir de la société", appelant à "plus de mobilisation et d’engagement pour garantir à tous les élèves un accès égal et équitable à l’éducation".

Le droit à l'enseignement "est consacré par la Constitution et les parents ont désormais et en vertu de l'article 65, l'obligation d'assurer l'éducation de leurs enfants", soulignant que cet article était venu "renforcer l'article 12 de la loi d'orientation sur l'éducation".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.