ALGÉRIE
11/02/2016 13h:24 CET | Actualisé 11/02/2016 13h:28 CET

Agressions sexuelles à Cologne: très peu de réfugiés impliqués, la plupart des suspects sont Maghrébins

AFP

Les réfugiés récemment arrivés en Allemagne avaient rapidement été accusés d'agressions sexuelles dans la nuit du Nouvel an à Cologne. Pourtant, très peu d'entre eux sont impliqués dans cette affaire. Selon le quotidien belge néerlandophone De Morgen, citant la police allemande, la plupart des personnes impliquées dans ces actes sont Algériens et Marocains.

La police allemande fait le point: 58 suspects ont été arrêtés et seulement 3 d'entre eux sont réfugiés, originaires d'un pays en guerre. Selon la déclaration du procureur Ulrich Bremer au journal allemand Die Welt, 25 de ces 58 suspects sont Algériens, 21 sont Marocains et 3 autres Tunisiens. A cette liste s'ajoutent trois Allemands et 2 Syriens.

Quant aux autres, ils sont originaires d'Irak, de Libye, d'Iran et du Monténégro. Quelques-uns sont mineurs d'âge, a rajouté la même source.

LIRE AUSSI: Des intellectuels dénoncent "l'orientalisme" de Kamel Daoud concernant les agressions de Cologne

Ulrich Bremer a rajouté que la police allemande a interrogé plus de 300 personnes en lien avec ces agressions."En plus de ces interrogatoires, nous avons à disposition plus de 590 heures de matériel vidéo et avons analysé 1,1 million de mouvements par données téléphoniques", explique-t-il au même quotidien allemand.

Le nombre de plaintes est de 1054. 454 cas font état de de violences sexuelles tandis que 600 autres sont liées à des faits de délits et de vols.

Les résultats de l'enquête de la police allemande confirment ainsi les suspicions se référant à des jeunes d'Afrique du Nord.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.