MAROC
10/02/2016 15h:12 CET | Actualisé 10/02/2016 15h:12 CET

Pour le FMI, le Maroc doit poursuivre ses réformes économiques

Pour le FMI, le Maroc doit poursuivre ses réformes économiques
AFP
Pour le FMI, le Maroc doit poursuivre ses réformes économiques

RAPPORT - Le Maroc a encore du progrès à faire au niveau de ses réformes économiques. C'est ce qui ressort d'un rapport publié le lundi 8 février par le Fonds Monétaire International. Une étude qui fait suite aux discussions qui ont eu lieu entre les représentants du FMI et le gouvernement marocain en novembre dernier.

Si le FMI tablait en 2015 sur une croissance de 4.7% grâce à une très bonne campagne agricole, les performances économiques du Maroc devraient en 2016 être impactées par les difficultés que connaît actuellement l'agriculture. Mais le FMI se veut rassurant, la croissance devrait reprendre d'ici 2017 pour avoisiner les 5% en 2020. Les principaux risques pour l'économie marocaine seront une croissance en berne dans les pays avancés et émergents, une augmentation des prix de l'énergie due aux tensions géopolitiques ainsi que la volatilité des marchés financiers mondiaux.

LIRE AUSSI:

Une action politique favorable

Le FMI estime que les améliorations macro-économiques sont dues aux réformes politiques et l'environnement extérieur jugé favorable. Mais le rapport invite le Maroc "a poursuivre ses réformes pour assurer sa stabilité sur le long terme: 'La période qui arrive donne [au Maroc] l'opportunité de consolider ses actions, et d'essayer de réduire les inégalités sociales et régionales, le chômage des jeunes et d'obtenir une croissance plus inclusive" indique le FMI.

Améliorer l'éducation pour combattre le chômage

En revanche, la qualité de l'éducation dispensée au Maroc se doit d'être améliorée pour faire baisser le chômage des jeunes. Le rapport appelle à des dépenses publiques plus efficaces. Lors examens internationaux, les étudiants marocains sont derrière les jeunes issus d'autres pays émergents. Le gouvernement aurait partagé l'avis des enquêteurs du FMI à ce sujet.

LIRE AUSSI:

Ces Marocains à la conquête de l'Afrique