ALGÉRIE
09/02/2016 09h:31 CET | Actualisé 09/02/2016 09h:31 CET

Constantine 2015 : près de 130 CD édités pour préserver le patrimoine musical classique du Rocher

APS

Cent vingt-neuf (129) CD gravés de centaines d’œuvres musicales du patrimoine classique constantinois ont été édités dans le cadre de la manifestation "Constantine, capitale de la culture arabe", a indiqué mardi la responsable du département Patrimoine immatériel et Arts vivants.

Un travail "colossal" de recherche, de collecte, de classification et d'organisation des différents genres musicaux (Malouf, Zdjel, Mahdjouz et chants mystiques) a été effectué, a précisé Mme Halima Ali-Khodja, soulignant que des

académiciens, des chercheurs et des professionnels du patrimoine musical constantinois

ont encadré ce "chantier" avant les phases d'enregistrement et d'édition.

Affirmant que le principe directeur de cette mission de recherche et d'enregistrement était "la préservation d'un héritage musical séculaire" de la ville de Constantine et de sa région, Mme Ali-Khodja a fait savoir que l'enregistrement

des CD a été confié à des chanteurs-interprètes représentant trois générations d'artistes et dont le dénominateur commun est "la voix et une parfaite maîtrise des textes et des mélodies".

La responsable du département Patrimoine immatériel et Arts vivants de l'événement culturel arabe a expliqué que les noubas Sika, H'sin, Mezmoum, Raml maya, Gharnati et tant d'autres ont été "excellemment servies" par des

artistes talentueux dont Abbas Righi, Ahmed Aouabdia, Tedjeddine Meghouache et des associations musicales parmi lesquelles Balabel Al Andalous et Nadjm Kortoba.

Elle a ajouté que l'enregistrement des grands textes lyriques (Qissa) comme "Ya Dalma", "Fadfh el Ouahch Aâliya", "El Boughi" et "Ya Achikine" a été confié aux artistes Djamel Bensemar, Mohamed-Salah Ghazal et Issam Kracha.

Les 20 CD voués au Zdjel, une forme d'expression poétique en arabe dialectal, spécifique à l'antique Cirta, ont été enregistrés par les chanteurs Badreddine Bouchama, Mustapha Lamsameri, Cherif Reguig, et Mourad Laïb.

Mme Ali-Khodja a précisé, dans le même ordre d'idées, que les deux belles voix féminine de Constantine, Soraya Zbiri et Meriem Soltane ont contribué dans la préservation du patrimoine musical, en enregistrant des CD de Hawzi, des

CD de chants féminin, Fkiret (ensemble musical féminin, s'appuyant sur les percussions, bendir et tar, se produisent, exclusivement pour un public féminin), et Benoutate (formation musicale féminine utilisant des instruments à cordes et à percussion) ont été également édités, a-t-on encore noté.

Récupération d'une précieuse partie du patrimoine musical des chouyoukhs de Constantine

Le grand chantier du département Patrimoine immatériel et Arts vivants, lancé à l'occasion de l'année culturelle arabe, a été élargi à la collecte du patrimoine musical des chouyoukhs de lÆantique Cirta, a précisé Mme Ali Khodja.

"Nous avons pu récupérer auprès de mélomanes et de familles constantinoises, sur des bandes sonores, des concerts enregistrés par une quinzaine de chouyoukhs lors de fêtes de mariage et autres cérémonies", a déclaré avec enthousiasme la responsable du département.

Affirmant que le département Patrimoine et Arts vivant a atteint avec "une grande marge de satisfaction" les objectifs tracés, la même responsable a révélé que cette musique citadine récupérée a été transposée sur d'autres supports dans des studios d'enregistrement, et se trouve actuellement en phase de classification en vue d'être gravée sur CD.

Pour Mme Ali-Khodja, ce patrimoine "peut constituer un support pédagogique de tout premier plan" et "une précieuse référence" pour tout chercheur ou musicologue.

Abordant le volet de la transcription de la musique citadine constantinoise, Mme Ali-Khodja a estimé qu'il était temps de franchir "l'étape de l'excellence" dans la transcription du patrimoine musical .

"Avec la faculté de la culture et de l'art de l'université de Constantine 3, une ''chance inouïe'' se présente pour transcrire le patrimoine musical de Constantine et de sa région sur des bases méthodologiques universelles", a souligné la même source.

La transcription de ce patrimoine à dimension universelle "ouvrira la voie vers sa classification auprès de l'Unesco et l'Alecso (Organisation arabe pour l'éducation, la culture et les sciences), a conclu la responsable du département Patrimoine et Arts vivants.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.