ALGÉRIE
07/02/2016 07h:05 CET | Actualisé 07/02/2016 07h:05 CET

6e JCA: "Un film algérien" questionne les cinéastes sur les réalités de leur secteur

DR

Le film documentaire "Un film algérien" du réalisateur libanais Rani Bitar, une enquête sondant les avis de cinéastes et acteurs algériens sur la réalité de la production cinématographique en Algérie, a été présenté samedi à Alger.

D’une durée de 95 mn, ce film visant à établir un état des lieux du cinéma algérien depuis l’indépendance, a été projeté en compétition documentaire des 6e Journées cinématographiques d’Alger (JCA) inaugurées jeudi.

Depuis Paris, le réalisateur va à la rencontre de cinéastes algériens connus dont le travail a déjà brillé sur la scène internationale pour approfondir certaines questions visant à définir le cinéma algérien et étudier les possibilités offertes aujourd’hui à un cinéaste en Algérie et les mécanismes de production existant.

Des entretiens sont filmés avec des réalisateurs dont Karim Moussaoui, Lyes Salem Merzak Allouache ou encore Farouk Belloufa qui s’accordaient à pointer du doigt "l’absence d’industrie cinématographique et la rareté des salles" de projection qui "empêche" l’essor du septième art dans un pays possédant un "potentiel infini" dans ce domaine.

Dans son intervention, Merzak Allouache a souligné que le cinéma algérien entre actuellement dans un cycle de production de "films de célébrations", des commandes occasionnels des pouvoirs publics, après être passé par la "génération de l’image manquante" pendant les années de terrorisme, et par le "cinéma d’Etat" depuis l’indépendance jusqu’à la fin des années 1980.

Cette "génération de l’image manquante" est également évoquée par Lyes Salem, réalisateur, entre autres, de "Mascarade" et "El Wahrani", qui estime qu’il est aujourd’hui "impossible" de produire un film à 100% algérien vu l’absence de laboratoire d’images, de studios et de salles, même si les paysages et la nature de la société algérienne restent une "mine d’or" pour un réalisateur.

En seconde partie du film l’équipe de tournage s’envole pour Alger pour rencontrer l’universitaire et critique de cinéma Ahmed Bedjaoui, le réalisateur et producteur Bachir Derraïs ou encore le producteur Yacine Bouaziz qui évoquent, en plus de plusieurs mauvaises décisions prises par le passé dans ce secteur, une relève "très discrète" et qui "manque souvent d’audace" pour monter des projets dans certains registres cinématographiques encore inexplorés. A cela vient s’ajouter une "absence de formation" dans le domaine technique et une "rareté" de techniciens qualifiés.

S’il confirme des réalités déjà connu des professionnels, des observateurs et même du public, "Un film algérien" ne donne cependant pas la parole à un grand nombre de cinéastes algériens reconnus, relèvent des spectateurs qui reprochent au réalisateur de ne pas avoir "approché des responsables" du secteur à différentes époques pour en apprendre un peu plus sur la gestion du cinéma algérien.

Plus tôt dans la journée une dizaine de courts métrages on été projetés dans le cadre de la compétition national des Jca dont "Douce révolte" première œuvre de la journaliste Fella Bouredji qui donne la parole dans ce documentaire de 16 mn à une jeune artiste peintre étudiante de l’Ecole des beaux-arts pendant le mouvement "InfidjArt" revendiquant une meilleure formation et une reconnaissance des diplômes de l’école.

Dans le même cadre la journaliste Badra Hafiane a également présenté son premier court métrage "Hier, je reviendrai", une oeuvre de 15 mn consacrée au retour difficile sur les lieux d’un drame et au dépassement dans l’Algérie d’aujourd’hui du lourd traumatisme de la perte violente d’un être cher pendant les années de terrorisme.

Dans un registre atypique, Mourad Bouamrane a rendu hommage à Charlie Chaplin dans "Chaabano", une œuvre muette en noir et blanc de 14 mn basée sur la gestuelle et les symboles.

Inaugurées jeudi, les 6e Jca se poursuivent jusqu’au 8 février à la salle de la cinémathèque d’Alger avec encore au programme la compétition du court métrage arabe à laquelle participent une dizaine d’œuvres.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.