TUNISIE
06/02/2016 05h:02 CET

Wayne Kashman a fait l'aller-retour d'Edmonton à la Basse-Californie dans une Lancia de 40 ans (PHOTOS)

Wayne Kashman

Le meilleur moyen de découvrir un pays et ses habitants, c'est de le traverser par ses routes, selon Bryce Kashman, un étudiant à la University of Alberta, qui a retapé une vieille Lantia Beta Coupe de 1976 pour traverser le Canada et les États-Unis en route vers le Mexique.

"J'avais voyagé au Vietnam sur une moto, et j'ai trouvé l'expérience immersive, gratifiante et plaisante. J'ai vu tellement plus de ce pays ainsi, et ce fût d'une expérience culturelle agréable", a-t-il expliqué, par courriel, au Huffington Post Québec.

En 2015, Kashman a quitté Edmonton avec deux amis et a traversé le continent — par l'Alberta, le Montana, l'Idaho, le Nevada et la Californie — pour atteindre le Mexique, plus précisément la région de Baja California (Basse-Californie).

Quelques photos que Wayne Kashman a prises durant son roadtrip (le texte se poursuit en dessous).

Galerie photo Roadtrip dans un Lancia Beta 1976 Voyez les images

Si les routes canadiennes et américaines sont de bonne qualité — les premiers 3000 km, d'Edmonton à San Felipe, ont été traversés en trois jours seulement —, c'est moins vrai une fois rendu au Mexique. Les trois comparses ont ainsi pris autant de temps pour parcourir la moitié de cette distance, entre autres parce que la conduite de nuit est fortement déconseillée à cause des obstacles qui peuvent se trouver sur la chaussée.

Heureusement, lorsqu'un joint du moteur a explosé, pas loin de Cabo San Lucas, Kashman a été secouru par les Angeles Verdes ("Anges verts"), l'équivalent de notre CAA. "J'ai dû commander la pièce en ligne, elle a pris une semaine avant d'être livrée », explique Kashman. "Heureusement, le mécanicien a fait un bon travail même s'il n'avait jamais entendu parler du nom "Lancia' auparavant, et après ça, la voiture roulait mieux que jamais."

La belle Lancia jaune est un des éléments qui retient le plus l'attention dans toute cette histoire. "C'est une petite voiture, très légère, avec un moteur fantastique. Elle se conduit étonnamment bien pour son âge, et j'ai eu beaucoup de plaisir avec".

Si vous visitez la région, Kashman a quelques conseils pour vous. D'abord, Coco's Corner, à une centaine de kilomètres au sud de Puertecitos, est un must. Cet endroit historique, qui était un point de contrôle lors de nombreuses courses de voitures, se trouve au milieu d'une route non pavée, et il est agréable d'y boire une bonne bière froide.

Kashman "n'oubliera jamais" non plus son arrivée à San Ignacio, "une ville oasis au milieu du désert". Après des heures dans le désert, "la transition vers la jungle luxuriante est très abrupte". À ne pas manquer : l'église coloniale et son square qui dominent le centre du village.

Et le plus important : il ne faut pas s'arrêter aux préjugés et aux ouï-dire entendus avant le départ. S'il n'avait fait qu'écouter des compatriotes qui étaient allées dans la région, Kashman n'aurait jamais réalisé ce roadtrip. "Quand j'ai dit à certaines personnes que je voulais conduire jusqu'à Cabo San Lucas, la plupart m'ont dit que je me ferais voler, poignarder, assassiner et vendre en esclavage".

Il a jeté un coup d'œil sur quelques statistiques. Il s'avérait qu'il avait plus de chances de se faire voler son véhicule à Edmonton qu'en Basse-Californie.


Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.