TUNISIE
05/02/2016 13h:31 CET

Tunisie: La nouvelle stratégie française d'appui à la société civile tunisienne

Institut français Tunisie

"Le renforcement de la société civile est au cœur de nos actions de soutien": c'est ainsi qu'a entamé François Gouyette, l'ambassadeur de France en Tunisie, la conférence intitulée "Soutien à la société civile tunisienne 2016" qui s'est déroulée à l'Institut Français de Tunis jeudi 4 février.

Il a exposé dans sa présentation les axes les plus importants pour 2016, en 5 points importants:

Décentralisation du "Forum Jeunesse"

Le Forum Jeunesse se tiendra à Gafsa du 29 avril au 1er mai 2016. Cette sixième édition portera sur la formation et l’employabilité des jeunes. Ce choix s'est fait en réponse à la situation actuelle du pays, des préoccupations de la jeunesse et de la nécessité de trouver des solutions concrètes.

L'édition de cette année rassemblera 150 jeunes acteurs associatifs de toute la Tunisie, de France, du Maghreb et d’Afrique subsaharienne, engagés dans la société civile. Ils auront pour objectif de monter des projets pour les gouvernorats de Gafsa, Tozeur, Kasserine, Sidi Bouzid et Kebili et seront encadrés et soutenus par des experts et des représentants d'associations locales ou internationales, ainsi que des partenaires techniques et financiers.

Nouvel outil

Avec une enveloppe de 600.000 euros pour 3 ans, le programme Projets Innovants – Sociétés Civiles – Coalitions d'Acteurs (PISCCA) est destiné aux petites associations locales.

Ce programme vise à renforcer 50 micros projets d'associations tunisiennes qui ont eu du mal à émerger, qui n'ont pas -ou peu- reçu de financements, qui sont basées sur leur territoire d'intervention et qui sont proches de leurs bénéficiaires. Celles qui seront sélectionnées recevront une somme entre 8.000 et 30.000 dinars pour des projets allant de 6 à 24 mois.

Les associations basées dans les régions marginalisées ou dans les quartiers populaires seront privilégiées.

Échange de volontaires

Depuis 2011, 50 jeunes Tunisiens sont partis en mission de service civique en France. Les jeunes de 16 à 25 ans ont été sélectionnés dans plusieurs collectivités et s’engagent au service de l’intérêt général.

L'échange, qui va se poursuivre pour l'année 2016, se fait entre de jeunes Tunisiens et Français en binôme. Ils seront affectés dans des associations pour des missions à caractère strictement associatif.

Ce programme lancé en octobre 2011 est géré par l'organisation France Volontaire.

État de Droit

Le programme de renforcement de l'État de droit s'étalera sur 18 mois, avec une enveloppe de 400.000 euros.

Il vise à soutenir la consolidation du système national de protection des droits de l'Homme en Tunisie, ainsi que le dialogue de la société civile et des acteurs institutionnels.

10 millions d'euros en trois ans

L'Agence Française de Développement (AFD) et Expertise France ont consacré près de 10 millions d'euros ces trois dernières années pour le renforcement de la société civile tunisienne.

En trois ans, plus de 100 associations tunisiennes en partenariat avec des organisations non gouvernementales françaises ont pu bénéficier de ce programme.

En 2016, l'AFD mobilisera de nouveaux fonds pour appuyer 7 nouveaux grand projets. Les secteurs d'intervention de l'AFD seront très diversifiés et pourront toucher à la santé, la liberté de la presse, l’environnement, le développement économique, le genre...

1 milliard d'euros

Après les ripostes populaires survenues à Kasserine au mois de janvier pour dénoncer le taux de chômage élevé et les mécanismes d'accès à l'emploi, François Hollande, le président de la République française, a accordé au gouvernement tunisien un financement de soutien d'1 milliard d'euros sur 5 ans.

L'ambassadeur a expliqué que la gestion de ce fond de soutien se fera en partenariat avec l'AFD et que les interventions prioritaires seront incluses dans le cadre du plan quinquennal du gouvernement tunisien et concerneront ces champs d'actions:

  • Développement des régions marginalisées;
  • Soutien de la formation et de l'emploi de la jeunesse;
  • Amélioration de la capacité d'absorption des financements;
  • Aide à la relance du tourisme.

D'autre part, François Gouyette a présenté d'autres secteurs prioritaires qui seront aussi soutenus par ce fond:

  • Réhabilitation de la ligne ferroviaire entre Kasserine et Sousse
  • Développement du transport urbain dans les villes de Tunis, Sousse et Sfax
  • Gestion de l'eau potable
  • Amélioration des structures hospitalières


Par ailleurs, une convention de conversion de dettes de 60 millions d'euros se concrétisant par la construction d'un hôpital dans la région de Gafsa a été signée entre la Tunisie et la France vendredi 22 janvier.

La France est le partenaire commercial privilégié de la Tunisie. En 2014, 34% des exportations tunisiennes étaient destinées à la France tandis que 20% des importations tunisiennes venaient de celle-ci.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.