MAROC
04/02/2016 08h:28 CET | Actualisé 04/02/2016 08h:47 CET

Le PJD souhaite que les MRE soient représentés au parlement

Le PJD souhaite que les MRE soient représentés au parlement
DR
Le PJD souhaite que les MRE soient représentés au parlement

ÉLECTIONS - Cinq ans après la promulgation de la nouvelle Constitution, qui dispose, dans son article 17, que "les Marocains résidant à l’étranger jouissent des droits de pleine citoyenneté, y compris le droit d’être électeurs et éligibles", le PJD veut aller plus loin, et leur accorder une représentation effective au parlement.

Contacté par le HuffPost Maroc, le directeur de la commission des élections au Parti de la justice et du développement (PJD) et conseiller auprès du Chef du gouvernement Abdelhak El Arabi déclare que "ce point fait partie des doléances du parti pour les prochaines élections." Il sera vraisemblablement examiné lors du dialogue pré-électoral que lancera le ministère de l'Intérieur avec les partis politiques, en mars.

"En 2011, nous avons demandé à ce que les listes nationales (réservant 90 sièges de la Chambre des représentants aux femmes et aux jeunes, ndlr) prévoient aussi un quota pour les MRE. Aujourd'hui, nous ne savons pas encore si nous maintiendrons cette même formule, ou si nous proposerons une forme différente", explique M. El Arabi.

En 2014, le PJD a déposé une proposition de loi visant à accorder une représentation parlementaire aux MRE. La proposition de loi prévoyait la création de quatre circonscriptions électorales à l'étranger, dotées, pour celles où résident plus de 200.000 Marocains, de quatre sièges à la Chambre des représentants. Quant aux régions ne comptant pas une importante communauté marocaine, les députés du PJD proposaient de les unir dans une même circonscription.

La formule proposée par le texte de loi déposé par le PJD n'est pas sans rappeler celle mise en place par le Maroc en 1984. Cette année-là en effet, les MRE étaient représentés par cinq députés, élus dans cinq circonscriptions à l'étranger. En 1993, les circonscriptions des MRE sont supprimées sans aucune explication officielle. Quatre ans plus tard, en septembre 1997, l’ancien ministre de l'Intérieur Driss Basri dira que la représentation parlementaire des MRE a été supprimée pour des "raisons sécuritaires liées à l'ordre public dans les pays d'accueil".

LIRE AUSSI: