04/02/2016 13h:50 CET | Actualisé 04/02/2016 13h:53 CET

Énergie solaire: Le lancement de Noor-I vu par la presse étrangère

Énergie solaire: Le lancement de Noor-I vu par la presse étrangère
AFP
Énergie solaire: Le lancement de Noor-I vu par la presse étrangère

PRESSE - L'ouverture de la centrale Noor-I jeudi 4 février a été largement commentée par la presse internationale et les personnalités du secteur écologique. A l'heure où tous les pays du monde cherchent à réduire leur impact environnemental, la mise en fonction de la plus grande centrale solaire de la planète, située près de Ouarzazate, attire forcément l'attention.

Le Maroc "montre la voie"

Le groupe financier Bloomberg déclare que cette initiative marocaine aura une influence sur le reste des pays de l'Afrique du nord et du Moyen-orient: "Le vrai test se fera lors des 25 prochaines années" a déclaré Jenny Chase, membre du groupe. "Si ce n'est pas un succès technique, il y a des chances pour que le reste des pays de la région ne passent pas au photovoltaïque".

LIRE AUSSI:

Dans les colonnes de The Guardian, Mafalda Duarte, directrice du Fonds d'investissements pour le climat (FIC), qui a participé au financement de Noor-I, estime que "c'est un projet très significatif pour l'Afrique" et ajoute que le Maroc "montre la voie tout en faisant baisser au passage le coût de cette technologie".

The National, journal basé à Abu Dhabi, se concentre sur la nécessité qu'avait le Maroc de pouvoir assurer ses propres besoins énergétiques: "Le pays a, contrairement à ses voisins, très peu de ressources naturelles, et paie beaucoup d'argent puisqu'il est forcé de faire appel à l'importation pour couvrir 90% de ses besoins énergétiques" explique le journal.

"Science-fiction"

L'agence de presse Reuters met cependant en garde sur l'impact environnemental que pourrait avoir l'utilisation de la centrale: "Alors que le projet vise à réduire les émissions de carbone, les activistes écologiques s'inquiètent qu'il faudra utiliser l'eau du barrage de Mansour Eddahbi pour refroidir la centrale, alors que le pays est en train de traverser une sécheresse".

Le site Neoplanet a fait le déplacement sur place et décrit la centrale comme un "véritable plateau de cinéma de science-fiction, entre Star Wars et Dune, [qui] pourrait se confondre avec les Studios de l’Atlas, situés seulement à quelques kilomètres".

LIRE AUSSI:

En Espagne, on ne manque pas de soulever la participation du pays dans ce projet. José Manuel García-Margallo ministre des Affaires étrangères, a déclaré que Noor-I permet d'exposer "l'excellence des entreprises espagnoles dans les secteurs de l'ingénierie, de la construction et la technologie. Il s'agit du meilleur exemple de coopération entre les économies marocaine et espagnole".

Le changement, c'est maintenant

Sur Twitter, Greenpeace a partagé l'information avec ses 1,5 millions d'abonnés: "La façon dont nous produisons est en train de changer. Tandis que le Maroc allume la plus grande centrale solaire de l'histoire, les profits de BP et de Shell chutent" déclare l'ONG.

Enfin, André Borschberg, le pilote de l'avion fonctionnant à l'énergie solaire Solar Impulse a félicité le Maroc au sujet de Noor-I:

Galerie photo La planète se réchauffe? Voici ce qui nous attend Voyez les images