MAROC
03/02/2016 08h:10 CET

À Rabat, ONU Femmes accueille un forum pour assurer la parité en politique dans les pays arabes

Et si la parité en politique était effective en 2030?
Et si la parité en politique était effective en 2030?

ÉGALITÉ - Et si la parité en politique était effective en 2030? C'est le pari lancé par le Réseau des femmes arabes parlementaires pour l'égalité, "Ra'edat" ("Pionnières"), partant du constat que la part de représentation des femmes au sein des parlements dans les pays arabes est faible par rapport à la moyenne internationale.

Car si en 2015, le nombre de femmes (ré-)entrant dans les parlements arabes a atteint un record historique de 16%, il reste en deçà de la moyenne mondiale qui s'approche des 23% selon l'Union interparlementaire. Trois pays de la région, à savoir l'Algérie, le Soudan et la Tunisie, ont cependant atteint ou dépassé les 30% de représentation des femmes dans les parlements.

"Bien que d’importantes améliorations aient eu lieu, au cours des dernières années, les opportunités d’amélioration sont encore faibles lors de la rédaction de nouvelles constitutions et lois dans plusieurs pays arabes", explique Ra'edat qui organise, du 9 au 10 février à Rabat, un forum à ce sujet chapeauté par ONU Femmes et l'Union européenne (UE).

Promouvoir des politiques égalitaires

Plus de 150 parlementaires, décideurs, organisations régionales et internationales et membres de la société civile de plus de vingt pays se retrouveront pendant deux jours dans la capitale marocaine dans le but de "promouvoir des politiques favorisant l'égalité des genres dans la région".

L'ouverture du forum sera marquée par la présence des présidents des deux chambres du Parlement marocain, Rachid Talbi Alami et Hakim Benchamach, de la ministre de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social, Bassima Hakkaoui, du directeur régional d'ONU Femmes dans les pays arabes, Mohammad Naciri, de la présidente de Ra'edat, Rula Al Hroub, et de l'ambassadeur de l'UE au Maroc Rupert Joy.

"Les parlements qui assurent un équilibre entre genres contribuent à diminuer la violence et la polarisation et améliorent la qualité des politiques nationales, pour aboutir à un développement durable", indique Ra'edat dans un communiqué. Composé de cent femmes parlementaires originaires de douze pays arabes, le réseau vise ainsi à accélérer la participation des femmes dans la prise de décision politique dans la région.

Une série de conférences sur les barrières institutionnelles limitant l'accès des femmes aux parlements, sur la manière de renforcer le leadership des femmes dans les partis politiques, ou encore sur l'image des femmes parlementaires dans les médias sont prévues lors de ce forum.

Concernant la représentativité des femmes dans les médias, une étude menée en 2014 par l'université saoudienne King Faisal University a révélé que 76% des chaînes satellitaires arabes dépeignent les femmes qui travaillent comme des personnes qui utilisent leur sexualité pour avoir du succès.

Discriminations

Le réseau pointe aussi du doigt la persistance de discriminations au sein des parlements: "les femmes intègrent des établissements qui étaient principalement destinés aux hommes et auxquels elles devraient se conformer. Les défis tels que le manque de toilettes féminines, d'accès aux locaux des bureaux, d'équipements, de personnel et d’infrastructures de recherche peuvent être un obstacle énorme pour les femmes législatrices", peut-on lire dans le communiqué.

Le réseau se fixe ainsi comme objectifs de promulguer et modifier les législations afin d’éliminer tout type de discrimination à l’égard des femmes, de veiller à ce que les femmes aient des chances égales dans tous les domaines, d'éliminer l’écart entre les genres d’ici 2030, d'appeler les gouvernements arabes à adopter un agenda conjoint mettant en œuvre des stratégies soutenant la femme, de faire le suivi des violations faites aux droits des femmes ou encore d'apporter un appui financier et logistique aux programmes et fonds qui soutiennent les femmes.

Ra'edat espère également s'agrandir en intégrant, d'ici la fin 2016 au sein du réseau, 50% des femmes parlementaires des pays arabes (contre 25% actuellement).

LIRE AUSSI:

Galerie photo Egalité dans l'héritage: pour ou contre? Voyez les images