MAROC
02/02/2016 14h:18 CET | Actualisé 02/02/2016 14h:20 CET

La Suède veut aider au financement du retour des mineurs marocains

La Suède veut aider au financement du retour des mineurs marocains
DR
La Suède veut aider au financement du retour des mineurs marocains

IMMIGRATION - La suède veut aider financièrement le Maroc pour le rapatriement des jeunes immigrés marocains présents dans le pays scandinave. Interrogé par les médias suédois, le ministre de l'Intérieur Anders Ygeman a ainsi déclaré qu'il n'était pas "contre l'idée de participer et de contribuer financièrement, par exemple, à des orphelinats pour les enfants et les jeunes qui vont retourner au Maroc. Nous devons par dessus tout nous assurer que ces enfants ne retourneront pas dans les rues de Rabat une fois arrivés, mais qu'ils seront encadrés. Nous ne pouvons pas expulser des enfants qui n'ont pas de parents sans que quelqu'un ne s'occupe d'eux dans leur pays d'origine".

Une déclaration qui fait écho aux précédents propos de M. Ygeman qui avait critiqué par le passé le gouvernement marocain, l'accusant de ne pas assumer ses responsabilités au sujet de ces mineurs clandestins.

Selon le ministère suédois de la justice, plus de 800 enfants non accompagnés issus du Maroc et d'Afrique du Nord vivraient à Stockholm et Göteborg, "sombrant dans la violence et la drogue" selon certains médias suédois. Afin que ces jeunes ne soient pas livrés à eux-mêmes dans les rues suédoises, le ministre a insisté sur le fait qu'il fallait préparer des établissements pour eux qui pourront être fermés afin d'éviter de nouvelles fugues.

Comité de travail

Mardi 19 janvier, à l'occasion d'une visite de deux jours de Rachid Talbi El Alami, président de la Chambre des représentants, à Stockholm, les deux pays s'étaient engagés à créer un comité de travail chargé de faciliter l'identification des mineurs marocains sans papiers et leur retour au Maroc. La Suède s'était dite prête à apporter "une expertise technique et de formation" au gouvernement marocain, notamment pour la réhabilitation des enfants.

"Nous n'avons pas encore pu discuter avec le Maroc. Nous nous rencontrerons dans le cadre de ce comité" a indiqué Anders Ygeman, en référence à l'accord trouvé entre les deux pays sur le sort des mineurs marocains sans papiers.

Interrogé sur la raison pour laquelle son gouvernement a des difficultés à gérer le sort de ces mineurs clandestins, le ministre a expliqué que "la sécurité sociale suédoise se concentre sur les jeunes qui ont de la famille et de la relation dans le pays".

En février 2015, la vidéo d'un Marocain de 9 ans violemment arrêté par un agent de sécurité dans la ville de Malmö, au sud du pays, avait fait polémique.

Dégel

La non reconnaissance de la RASD par la Suède annoncée en janvier dernier a permis un dégel des relations entre les deux pays. Début septembre, une proposition de loi déposée par des députés suédois visant à reconnaître le Polisario avait suscité la colère de Rabat, qui avait multiplié les initiatives pour défendre les intérêts marocains.

La Suède n'est pas le seul pays d'Europe a être confronté au problème des mineurs marocains non accompagnés. Le président de Melilla a récemment déclaré que l'enclave espagnole devait faire face à une recrudescence du nombre de jeunes marocains présents dans la ville pour tenter de rejoindre le continent européen.

LIRE AUSSI: