TUNISIE
03/02/2016 05h:15 CET | Actualisé 03/02/2016 10h:24 CET

Tunisie: En prison tout s'achète par des cigarettes

wikimedia.org

En prison, tout s'échange contre des cigarettes!

L'équipe des observateurs de France 24 a réussi à se procurer une lettre envoyée par un détenu de la prison de la Mornaguia à sa famille, détaillant les prix de chacun des "services" offerts par les agents pénitentiaires.

La circulation d'argent étant strictement interdite dans les prisons, les prix des services sont fixés en "Légères", du nom des fameuses cigarettes nationales, utilisées comme monnaie d'échange dans les prisons.

capture écran

Ces cigarettes sont données aux agents pénitentiaires, qui les revendraient à l'extérieur selon les observateurs de France 24 en l'échange de services qui sont pourtant des obligations. Ainsi pour qu'un prisonnier puisse aller voir le médecin, cela lui coûtera un paquet de cigarettes "Légères". Dans cette liste, on retrouve par exemple les "services" suivants:

- Changer de chambre coûtera 3 paquets aux prisonniers.

- Passer un appel téléphonique: 4 paquets.

- Aller chez le coiffeur: 2 paquets pour l'agent pénitentiaire et 1 paquet pour le coiffeur.

- Obtenir du parfum: 4 paquet.

- Réserver un livre: 2 paquets.

- Changer de chaîne télé: 1 paquet.

Plus surprenant, c'est la possibilité d'obtenir une lame de rasoir contre trois paquets de "Légères" mais aussi des psychotropes pour sept paquets, des produits prohibés et strictement interdits au sein des prisons tunisiennes.

Contacté par le HuffPost Tunisie Atef, ancien prisonnier ayant fait de nombreux séjours à la prison d'El Mornaguia pour divers délits, confirme les faits: "Oui, bien sûr cela est monnaie courante. Personnellement, j'en profitais comme tous les prisonniers, maintenant les 'prix' mentionnés ne sont pas fixes. Tout dépend du bonhomme, s'il est assez riche ou pas, s'il a l'air clean ou pas".

Atef affirme avoir vu "l'inimaginable" en prison: "Cette liste ne m'étonne pas. Et encore, celui qui l'a sortie doit être nouveau en prison. C'est simple, en prison on peux tout avoir: de la drogue, de l'alcool, des armes de poings, des couteaux... Ça contribue au commerce à l'intérieur de la prison. Ça fait de l'argent de poche au flic et une réputation à certains prisonniers. C'est tout bénéfice".

Amine quant à lui s'est retrouvé à la Mornaguia après avoir tué quelqu'un dans un accident de voiture, il raconte le calvaire vécu:

"Quand tu es quelqu'un de propre sur toi, de bonne famille, plutôt poli et respectueux, tu te fais bouffer. C'est simple, pour tout et n'importe quoi je devais payer. Même quand j'avais une visite, ce qui est mon droit, je devais 'payer' pour pouvoir en jouir. En fait, pour que le garde ne se fasse pas directement prendre, il demandait à un autre prisonnier de m'empêcher de sortir de la cellule. Les deux se partageaient ensuite les paquets de cigarettes", raconte-t-il au HuffPost Tunisie.

Pour lui, le chantage est allé plus loin que le simple "échange de bons procédés": "La Tunisie est petite et tout finit par se savoir. Un agent avait eu vent que je gagnais bien ma vie. À partir de là, les paquets de cigarettes n'étaient plus suffisants. Ils voulait de l'argent. Ma femme le refilait à un membre de sa famille à l'extérieur de la prison, pour que je puisse avoir mes simples droits comme celui d'aller dans la cour. Heureusement que cela n'a duré que 15 jours".

LIRE AUSSI:Tunisie: La direction générale des prisons nie le paiement de services en échange de cigarettes au sein de la prison de la Mornaguia

Tunisie: Le cinéma s'invite en prison, "un moment d'évasion" pour les détenus

Tunisie: Quand les arts plastiques sont à l'honneur dans les prisons

Encombrement alarmant et prolifération de graves maladies contagieuses dans les prisons tunisiennes

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.