01/02/2016 11h:00 CET | Actualisé 26/10/2016 13h:05 CET

Le roi Mohammed VI désigne un comité de la COP 22

DR

ORGANISATION – À dix mois de la COP 22 organisée à Marrakech, le Maroc passe à la vitesse supérieure. Citant des sources gouvernementales, notre confrère Le360 rapporte que le Roi Mohammed VI a approuvé la nomination d'un comité de pilotage de la COP 22.

Présidé par le ministre des Affaires étrangères Salaheddine Mezouar, ce comité e pilotage a tenu sa première réunion de travail fin de la semaine précédente, à Rabat, afin de finaliser la feuille de route de l'événement, rapporte Le360.

Outre Salaheddine Mezouar, le comité est composé de la ministre chargée de l'Environnement Hakima El Haité, en tant qu'envoyée spéciale du Maroc, du haut commissaire aux Eaux et forets Abdelaadim El Hafi, au poste de commissaire de la COP 22, du président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) Nizar Baraka comme président du comité scientifique de la COP 22, de l''ancien ambassadeur du Maroc aux Etats-Unis, Aziz Mekouar, comme ambassadeur-négociateur, et du président du Conseil national des droits de l'homme (CNDH) Driss Yazami comme chargé des relations avec la société civile. L'ancien wali de la région de Marrakech Abdessalam Bikrat, lui, sera en charge des aspects afférant à la logistique de l'événement. En plaçant des acteurs apolitiques au coeur de l'organisation de la conférence internationale sur le climat, le Maroc règle le dilemme COP 22/élections législatives.

LIRE AUSSI: COP22: Les entreprises marocaines se mobilisent

La création de ce comité de pilotage vient résoudre le dilemme qui se posait aux décideurs, en raison de l'organisation de la COP 22 un mois après les élections législatives. La nomination des ministres Salaheddine Mezouar et de Hakima El Haité au sein du comité de pilotage les mettra, semble-t-il, à l'abri d'un éventuel changement de gouvernement au lendemain des législatives d'octobre 2016, pour leur permettre de se consacrer à l'organisation de cet événement. Ce qui semble aller de soi, vu qu'ils ont représenté le Maroc lors de la COP 21, tenue à Paris, et assurent, depuis, le suivi du dossier.

Enfin, la nomination d'un comité de pilotage répond aussi aux interrogations qui se posaient concernant les instances qui se chargeront de l'organisation de la COP 22, et se rapproche de la proposition faite par une personnalité d'un parti de l'opposition, qui a suggéré la création "d'une sorte de haut-commissariat de la COP 22", qui contribuera "activement à la réussite de la COP 22, aux cotés de l'éventuel nouveau gouvernement qui, en raison de sa récente nomination, ne pourra vraisemblablement pas se consacrer à 100% au suivi de l'événement."

Galerie photo La planète se réchauffe? Voici ce qui nous attend Voyez les images