MAROC
01/02/2016 09h:31 CET | Actualisé 01/02/2016 14h:02 CET

Ce que le gouvernement marocain prévoit pour lutter contre la sécheresse

Ce que le gouvernement prévoit pour lutter contre la sécheresse
Creative Commons
Ce que le gouvernement prévoit pour lutter contre la sécheresse

AGRICULTURE - L'annonce a été faite vendredi 29 janvier, au lendemain de la réunion entre le roi Mohammed VI, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et le ministre de l'Agriculture Aziz Akhannouch.

Une enveloppe de plus de 5 milliards de dirhams a été allouée par le gouvernement au plan de lutte contre la sécheresse dont les effets risquent de plomber l'économie marocaine en 2016.

Le plan annoncé par le ministère de l'Agriculture et de la pêche maritime vise à aider les agriculteurs touchés de plein fouet par l'absence de pluie. La campagne 2015-2016 a en effet enregistré un déficit pluviométrique de 63% par rapport à une année normale.

"La mise en œuvre du plan nécessitera la mobilisation d'une enveloppe de 4,5 milliards de dirhams en plus d'un potentiel d'indemnisation de 1,25 milliards de dirhams par la compagnie d'assurance" a indiqué le ministère dans un communiqué.

Début janvier, la Mutuelle agricole marocaine d’assurance (Mamda) avait annoncé qu'elle verserait cette somme au profit des agriculteurs ayant souscrit à l’assurance qui couvre "les céréales et les légumineuses contre la sécheresse, la grêle, le gel, les vents violents, les vents de sable et l’excès d’eau".

De l'orge pour tous

Trois axes ont été privilégiés par le ministère de l'Agriculture pour sauver les rendements agricoles cette année. Le premier axe concerne la sauvegarde du cheptel, grâce à l'approvisionnement en orge sur tout le territoire au prix de 2 dirhams le kilo, et à l'abreuvement.

"La distribution de l'orge se fera à guichet ouvert via 72 centres relais de proximité", indique le communiqué du ministère, qui précise que le transport de l'orge subventionné depuis les centres relais sera pris en charge par l'Etat.

La construction de points d'eau et un encadrement sanitaire du cheptel, notamment via un nouveau programme de vaccination des bêtes, seront également mis en place.

Sauver l'eau

Deuxième objectif du programme anti-sécheresse: la protection des ressources végétales, en assurant l'irrigation des plantations non irriguées sur une superficie de 93.000 hectares.

Une opération prise en charge par l'Agence de développement agricole (ADA), pour irriguer les plantations qui ont entre deux et cinq ans, précise au HuffPost Maroc le directeur de l'ADA, Mohammed El Guerrouj. "Nous travaillerons directement avec les associations porteuses de projets, dans le cadre de la stratégie solidaire prévue par le Plan Maroc Vert", ajoute-t-il.

Pour le périmètre irrigué, les agriculteurs devront sauvegarder un volume d'eau suffisant pour le démarrage de la campagne agricole 2016-2017. "L'activité agricole en périmètre irrigué se poursuit de manière normale en maintenant le programme des cultures avec, toutefois, une optimisation de l'utilisation des ressources en eau", a rassuré le ministère.

Enfin, troisième et dernier point, l'approvisionnement en eau potable des populations dans les zones reculées, et une "attention particulière" accordée aux projets de l'agriculture solidaire, importants en termes de création de revenus et d'emplois.

En 2014, l’agriculture a représenté 14,6 % du Produit intérieur brut (PIB) du Maroc et près de 40% de l’emploi, dont 75% en milieu rural.

LIRE AUSSI:

Galerie photoLes produits du terroir marocain Voyez les images