MAROC
01/02/2016 09h:33 CET | Actualisé 01/02/2016 09h:34 CET

Le discours assagi de Benkirane devant le PPS

Le discours assagi de Benkirane devant le PPS
DR
Le discours assagi de Benkirane devant le PPS

VERBATIM - Invité par le Parti du progrès et du socialisme (PPS) pour son université annuelle, le samedi 30 janvier, le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a livré un discours pondéré, où la référence aux intérêts nationaux l'emportait sur les rivalités partisanes. Extraits choisis.

"Ainsi, nous avons décidé de ne pas sortir le 20 février"

Flash-back: au début des manifestations menées sous la bannière du Mouvement du 20 février, la classe politique marocaine ne savait pas s'il fallait soutenir les manifestations ou pas. Au Parti justice et développement (PJD), certains leaders, comme l'actuel ministre de la Justice Mustapha Ramid, sont sortis manifester, tandis qu'au niveau de la direction du parti, l'hésitation était le maître mot. Le Chef du gouvernement a ainsi révélé que, sur fond de crise sociale, il a "été invité par Nabil Benabdellah pour dîner chez Mohamed Amine Sbihi (l'actuel ministre de la Culture NDLR). La nation était alors en danger (...) Nous avons donc décidé de ne pas sortir manifester, de suivre la voie de la raison."

Appel aux intellectuels

"La nation a besoin que ses citoyens intègres et indépendants fassent entendre leur voix avant que la médiocrité ne finisse pas régner, et que la voix des intellectuels, que Dieu nous en garde, ne devienne dissonante", a tonné Benkirane, ajoutant qu'il "est déraisonnable que ceux qui doivent parler se taisent".

Un message au PPS

"Le message que je souhaite vous adresser est le même que j'adresse aux membres de mon parti, surtout les plus jeunes d'entre eux: il faut patienter et résister. Et si des sacrifices s'avèrent nécessaires, il ne faut pas hésiter à les faire", a recommandé Benkirane, estimant que "si seules les idéologies comptaient, ma présence parmi vous, aujourd'hui, relèverait du surréalisme". Et d'indiquer que les relations entre le PJD et le PPS se sont renforcées en raison du "chemin que nous avons parcouru ensemble dans ce gouvernement. Nous nous sommes connus lors de la crise, non la pérennité, et avons résisté ensemble aux tentatives de faire chuter ce gouvernement"

LIRE AUSSI:

Galerie photo Les bourdes de Benkirane Voyez les images